09192020Headline:

07 août 2020 : Yasmina Ouégnin magnifie la Côte d’Ivoire

À l’occasion du 60e anniversaire d’indépendance de la Côte d’Ivoire, les belles pensées à l’endroit de la chère patrie affluent sur les réseaux sociaux. Ce vendredi 07 août 2020, le message de l’honorable Yasmina Ouégnin ne passe point inaperçu. Dans une note publiée sur sa page Facebook l’honorable débuté magnifie la Côte d’Ivoire.

“07 août 2020…
Au petit matin, j’ai échangé avec une proche qui m’est très chère, je l’ai entendue et comprise, voici ce qu’elle m’a confié :

«…Tu sais Yas, j’ai 60 ans aujourd’hui… pendant les trente premières années de mon existence, c’est-à-dire durant mon enfance, mon adolescence et ma jeunesse, j’ai souvent démontré un sens des responsabilités plus grand que celui de mes aînés, j’ai obtenu de brillants résultats que jalousaient mes amis d’école, et je faisais la fierté de mes parents et de ma famille. Tous ces acquis ont été enregistrés alors que je n’avais exploité qu’une infime part de mon énorme potentiel, conduisant tout le quartier à me prédire un avenir des plus radieux.

Il faut reconnaître que j’avais un Père attentionné et prévoyant. « Don Fé », ingénieux et visionnaire, m’a toujours recommandé de préserver l’UNION avec mes frères et sœurs, de faire preuve de DISCIPLINE et de valoriser le TRAVAIL.

J’ai 60 ans aujourd’hui. Et pourtant…
Dès que j’approchais la seconde moitié de ma vie, mes qualités ont commencé à s’étioler, mes prédispositions se sont émoussées et mes performances ont considérablement baissé, faisant malheureusement de moi la risée du quartier et parfois même de toute la ville. Je n’étais plus citée en exemple et tous évoquaient mon nom en rappelant avec nostalgie les belles réalisations et les grandes avancées obtenues du vivant de « Féfal ». C’est vrai que sa disparition m’a porté un terrible coup au moral. Plus qu’un père, il était mon repère et ma boussole.
Hélas ! plutôt que de suivre les sages principes de vie qu’il m’a laissé en héritage, je me suis abaissée, remplie d’orgueil, à privilégier des plans grandioses pour obtenir de petites choses, méprisant mes voisins, pavoisant d’arrogance et insultant même sa mémoire, lui pourtant artisan de Paix, en me bagarrant à tout va, contre tous, et le plus souvent contre moi-même.

Oui Yas !! j’ai 60 ans aujourd’hui, et tout le quartier, que dis-je ! Toute la ville m’observe car une étape cruciale de mon parcours pointe à l’horizon.
D’importants challenges se présentent à moi cette année. J’aurai le choix entre demeurer dans mes habituelles enfantillages, ou me relever de mes douloureuses chutes, émerger de mes turpitudes récurrentes et démontrer enfin ma maturité… à 60 ans.

Ma très chère Yas, aujourd’hui, c’est donc mon anniversaire et je reste habitée par deux certitudes.
La première voudrait que ma déchéance ou mon salut, soient définis par le choix que je ferai à la croisée des chemins, dans les semaines à venir…
La seconde indique que la préservation de l’idéal de « FHB » et de ses compagnons, ne sera possible que si et seulement si, je ne pose que des actes s’inspirant de leur pensée et s’inscrivant dans les beaux sillons qu’ils ont tracés à partir de ce jour béni du 7 Août 1960… »

Cet émouvant cri de cœur, à votre tour, en tendant l’oreille, en ouvrant les yeux et en écoutant attentivement, vous le comprendrez.

Répondons à l’Appel de cette sexagénaire.
Aidons-la à surmonter toutes ses épreuves et à guérir de ses nombreux maux.
Il est encore temps !!

Puisse le Très Haut assister et conduire notre Côte d’Ivoire vers de verts pâturages.”

Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Related Articles