09242017Headline:

100 jours de Gon Coulibaly/ Les Ivoiriens jugent /decouvrez ce qu’ils disent de leur Premier ministre

Nommé le 10 janvier 2017 à la Primature par le Président Ouattara pour, dit-il, améliorer les conditions de vie des populations Ivoiriennes, Amadou Gon Coulibaly vient de dépasser le cap symbolique des 100 jours. Dans ce micro-trottoir, les Ivoiriens jugent le nouveau patron de l’équipe gouvernementale.

Kouassi Ahizy Elvis : « trop tôt pour apporter un jugement »

Il est trop tôt pour apporter un jugement sur le bilan de  d’Amadou Gon Coulibaly en tant que Premier ministre. Mais qu’il fasse plus que ses devanciers pour minimiser les difficultés que vivent au quotidien les Ivoiriens.C’est vrai que ces prédécesseurs sous la houlette du président Alassane Ouattara ont embelli les routes, initier des chantiers mais il reste  beaucoup à faire.

Un enseignant qui requiert l’anonymat : « Amadou Gon n’a pas la carrure d’un Premier ministre »

Avant on se plaignait mais on arrivait tant bien que mal à faire face à nos différents besoins. Juste pour dire que la population souffre beaucoup aujourd’hui. Pour moi, en tout cas, Amadou Gon n’a pas la carrure d’un Premier ministre. Parce qu’on ne le sens pas comme Duncan. Ce que je veux dire c’est que rien n’a évolué. Si Amadou Gon veut  réussir sa mission, je pense qu’il doit initier des rencontres avec les populations afin de toucher du doigt leurs réalités et apporter des solutions concrètes », a conseillé un enseignant qui a requis l’anonymat.

Siérou Assène Romaric, chef d’entreprise : « Il est trop partisan »

Les attentes des Ivoiriens se situent sur deux plans. Le premier, c’est sur le plan socio-économique. Le gouvernement sinon le Premier ministre doit travailler à améliorer les conditions de vie et financière des Ivoiriens parce qu’aujourd’hui, il est de plus en plus difficile pour les Ivoiriens de se loger, se nourrir et de se déplacer.  Le deuxième plan, c’est la réconciliation nationale. Il faut que le Premier ministre Amadou Gon engage une véritable réconciliation entre les Ivoiriennes et les Ivoiriens afin que le pays avance. Il faut donc qu’il soit un rassembleur parce que c’est quelqu’un qui est trop partisan ethnique.

 

Koffi Camille : « Ecouter les cris de détresse des populations »

 Il faut que le gouvernement  écoute les cris de détresse de la population. Mais surtout, il faut  libérer les prisonniers politiques et  juger ceux à qui on reproche des chefs d’accusation parce que ce n’est pas normal qu’on détienne des personnes pendant plusieurs années sans jugement.

Boris Koumi, Technicien : « Une avancée notable »

Avec le gouvernement Gon, il y a eu une avancée notable sur le plan de la réconciliation. Pour ces 100 jours, on peut dire qu’il y a eu une avancée vraiment notable avec l’acquittement de l’ex-première dame, Simone Ehivet Gbagbo.

Guillaume Gbato, SG du Syndicat national de la presse privé de Côte d’Ivoire :

«C’est sous lui que six journalistes ont été arrêtés »

Le ministre n’a pas faire de déclaration de politique générale ni pris d’engagement sur la période de 100 jours. Donc, on ne peut pas le juger. Seulement, on ne peut que faire des constats. (…) Notamment dans le secteur des médias où les problèmes ne manquent pas. C’est sous lui que les six journalistes ont été arrêtés. Dieu merci, ils ont été libérés 72 heures après. Mais c’est un très mauvais signal. Donc on attend que le premier ministre s’engage avec les organisations professionnelles des medias, par les discussions, pour voir quelle garantie apporter à la liberté de la presse, quels sont les moyens qui vont être apporté pour soutenir les entreprises de presse et les organisations professionnelles. Mais surtout comment faire avancer les dossiers sur la lutte contre la précarité dans le secteur des medias.

imatin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment