05262024Headline:

Les perspectives économiques du FMI pour 2024 permettent d’identifier les puissances économiques d’Afrique pour la période indiquée. Selon les données d’institution financière, le grand Nigeria devrait dégringoler dans le classement africain et passera à la 4e place, mais il devrait maintenir sa place de leader au niveau de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
Dans son rapport daté d’avril 2024, le Fonds Monétaire International (FMI) a exposé les perspectives économiques mondiales. Au niveau régional, on retient que « les perspectives pour l’Afrique subsaharienne s’améliorent progressivement ». La croissance va passer de 3,4 % en 2023 à 3,8 % en 2024″.

Dans cette prévision positive, certains pays comme la Côte d’Ivoire, se positionnent avec des chiffres très intéressants. Abidjan conserve sa bonne forme économique, même si elle profite des démêlés du Ghana qui a connu quelques difficultés. Selon Sika Finance, le Ghana se retrouve dans un « endettement très élevé ». La dépréciation de sa monnaie et la forte inflation ne lui ont pas permis de remettre à niveau son économie.

Dans l’espace CEDEAO, la Côte d’Ivoire occupe la 2e place, juste derrière le Nigeria (1er). Quant au Ghana, il est 3e. Les nouvelles perspectives qui positionnent la Côte d’Ivoire (9e) dans le top 10 des puissances économiques d’Afrique renforcent la dynamique affichée par le pays depuis 2012 avec un taux de croissance moyen de 7 %. Selon le FMI, si la Côte d’Ivoire maintient son envol, son PIB pourrait atteindre 128 milliards de dollars US, d’ici 2029.

Le top 5 des puissances économiques de la CEDEAO
Le top 5 des puissances économiques de l’espace CEDEAO est composé de :

1- Nigeria

2- Côte d’Ivoire

3- Ghana

4- Sénégal

5- Guinée

Le cas du Nigeria…
Avec un PIB qui s’établira à 253 milliards de dollars US, le Nigeria chute dans le classement des puissances économiques d’Afrique. Il est surclassé par l’Algérie dont le PIB devrait s’établir à 266,7 milliards de dollars US. La situation difficile du Nigeria est similaire à celle du Ghana avec une dépréciation du Naira et un taux d’inflation record.

Pénurie de financement pour l’ensemble des pays d’Afrique subsaharienne
Le FMI fait constater que les pays d’Afrique subsaharienne vont rencontrer des difficultés de financements. Selon l’institution financière, les Etats de la région subsaharienne doivent encore faire face à « coûts d’emprunt élevés et à des remboursements de dette imminents ».

Ces perspectives demeurent exposées à des risques plutôt baissiers. La région reste plus vulnérable aux chocs externes mondiaux, ainsi qu’au risque d’aggravation de l’instabilité politique et de multiplication des catastrophes climatiques.

FMI
Face aux difficultés, le Fonds Monétaire International fait des propositions. L’institution indique trois mesures stratégiques qui peuvent permettre aux pays de relever les défis. Le FMI recommande de : « redresser les comptes publics sans entraver le développement ; mener une politique monétaire axée sur la stabilité des prix ; et de mettre en œuvre des réformes structurelles pour diversifier l’économie et les sources de financement ».

What Next?

Related Articles