10182017Headline:

3ème Congrès du FPI à MAMA: Pour éviter un Guébié-bis, Sangaré met fin aux festivités avant terme

FPI-sangaré

Tout n’a pu basculer, à Mama malgré la situation électrique. Même si l’ensemble des forces de l’ordre déployées à Mama continuent de souligner : « Nous avons reçu instruction d’interdire toute manifestation du Front populaire, à Mama».

Il est 19 heures, ce 1er mai 2015, lorsque les derniers visiteurs de Mama abandonnent le village aux mains des forces républicaines de Côte d’Ivoire venues en nombre impressionnant au fil des heures. Alors que plusieurs autres délégations du FPI continuaient d’affluer vers Mama, les premières pliaient bagages. «C’est extraordinaire ce que nous voyons, les gens continuent de venir alors que nous partons», confie un secrétaire de section de Biankouman.

La nouvelle est accueillie avec hauteur par les différentes délégations du FPI venues pour ce 3ème congrès extraordinaire dudit parti à Mama. «Nous voulons préserver des vies et épargner à la Côte d’Ivoire que coule encore le sang de ses dignes filles et fils. Nous avons déjà obtenu la victoire avec la parfaite réussite de ce 3ème congrès qui a porté Laurent Gbagbo à la tête du parti. Nous mettons maintenant un terme à nos festivités qui étaient prévues s’achever ce samedi 2 mai 2015 par un grand défilé. Une sage décision du président du congrès», déclarent dans la résidence de Laurent Gbagbo, Dahi Nestor et Koua Justin, deux responsables de l’organisation dudit congrès.
Face à la forte pression des hommes en arme de plus en plus excités malgré l’interposition des soldats des casque bleus de l’Opération des nations unies en Côte d’Ivoire-Onuci, cette décision du vice-président du front populaire et président du congrès qui a réuni des centaines de milliers de militants et sympathisants dudit parti, a été applaudi. Ils étaient réunis à Mama, village de LaurentGbagbo, fondateur du parti et incarcéré à la prison de la Cour pénale internationale, suite à la crise postélectorale ivoirienne de 2010-2011, ayant fait plusieurs morts.

C’est donc par des clameurs que les invités de Mama ont quitté ce village natal de Gbagbo qu’ils ont baptisés ‘’terre de la liberté du FPI’’. Aucun véhicule ne pouvant accéder au site des manifestations, les congressistes ont du faire la distance Mama-Ouragahio à pieds. Une distance longue de huit (8) kilomètres. Une foule compact était encore au carrefour de Krahiri, corridor avant Mama, car les FRCI ont bloqué l’axe, Ouaragahio-Sinfra.
Les lampions se sont donc éteints sur le 3ème congrès extraordinaire du front populaire ivoirien doublé de la célébration de la fête de la liberté, ce 1er mai 2015. Et avec quelques blessés légers, les FRCI sont restées fermes au sujet des ordres reçues. Mettre un terme au 3ème congrès du Front populaire ivoirien. Aboudramane Sangaré a répondu à leur pression en mettant fin avant samedi aux festivités. Mais les militants du FPI retiennent que c’est une grande victoire pour eux d’avoir tenu le congrès, avec l’investiture de Laurent Gbagbo comme président et la radiation de Pascal Affi N’guessan président sortant.

Ouragahio grouillait encore de monde, parce que les véhicules se font rares. Mais les militants du front populaire continuaient la fête dans les rues de cette commune dont un des villages a accueillis leur rassemblement.

HERVE MAKRE envoyé spécial à Mama

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment