10222017Headline:

3ème République/Ouattara presque seul au Palais , AGC ( Amadou Gon Coulibaly )part avec tout le monde : aucune excuse pour l’échec

Côte d’Ivoire-En attendant de reconstituer son cabinet avec des gens qui échapperont peu à peu à l’influence de l’ex Secrétaire général de la Présidence – puisqu’il reste difficile de réussir l’exploit de diriger avec talent et autorité un gouvernement et des ministres , tout en administrant et en contrôlant un palais présidentiel depuis l’extérieur , et à partir de la Primature – le Président ivoirien a profité de la mise en place des institutions de la troisième République pour faire le ménage dans son Palais. Seuls sont restés avec lui , son frère Ibrahim , le nouveau directeur de cabinet et Masseré Touré-Koné.

Pratiquement tous les autres , à commencer par Philippe Serey Eiffel ont quitté la Présidence pour former l’équipe du Premier ministre , AGC ( Amadou Gon Coulibaly ). Cela va-t-il signifier que le vrai pouvoir quittera de plus en plus le Palais présidentiel pour se trouver du côté de la Primature ivoirienne ? Rien n’est moins sûr même si des observateurs assurent découvrir un Ouattara de plus en plus détaché et soulagé.

” Le Président est soulagé d’avoir mis en place les institutions de la troisième République. Il prend de plus en plus de recul sur les détails et sur la gestion quotidienne mais les grands arbitrages c’est encore lui. C’est à lui que revient la décision finale. S’agissant de Duncan il est soulagé de sa position , tout comme il s’est libéré vis à vis d’Amadou Gon Coulibaly. Le reste dépend de Dieu mais aussi de la capacité du Premier ministre à convaincre et à rassurer comme Duncan avait su le faire “, confie à Afrikipresse une source qui croit sentir une sorte d’ambivalence dans la relation entre le chef de l’État ivoirien et le nouveau Premier ministre.

” En acceptant de s’émanciper d’une part , et d’autre part en l’émancipant , Ouattara et Amadou Gon acceptent de s’éloigner peu à peu l’un de l’autre . Peu importe le bout par lequel on le prend , le pouvoir finit par user et créé forcément des frictions même dans les complicités les plus fortes et les plus irrésistibles. La relation Ouattara-Gon n’y échappera pas ” , ajoute-t-il en notant déjà des petits commentaires vicieux , des risques d’impatience autour de Ouattara qui pourrait ne pas prolonger indéfiniment l’état de grâce d’AGC à qui il aura presque tout permis et donné pour réussir , pour ne pas échouer .

Affaire à suivre.

Alice Ouédraogo

.afrikipresse.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment