12112018Headline:

A La Haye aux Pays-Bas: « A l’heure où je vous parle, Soro n’a pas encore fait de demande pour venir nous rencontrer ici » A déclaré Blé Goudé.

« A l’heure où je vous parle, Soro n’a pas encore fait de demande pour venir nous rencontrer ici (Prison de Scheveningen à La Haye, Ndlr). Ni le président Gbagbo ni moi-même, n’avons reçu une telle demande de visite. Mais si Soro demande à me voir, je vais le recevoir icisans problème ».

C’est la réponse on ne peut plus limpide que Charles Blé Goudé nous a donnée, mardi 30 octobre 2018, au cours d’un échange que nous avons eu avec lui au Centre de détention Scheveningen à La Haye aux Pays-Bas. Nous voulions savoir si au-delà des annonces, le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Soro, avait formulé une demande de visite à Laurent Gbagbo et/ou à son co-détenu.

La question avait tout son sens, ce d’autant plus que le chef du Parlement a clairement affiché sa volonté d’aller demander pardon à l’ex-président ivoirien détenu par la Cour pénale internationale (Cpi). La première fois qu’il en a parlé, publiquement, c’était le jeudi 20 juillet 2017, à son arrivée à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Port-Bouët, après un long séjour en Europe.

« J’ai décidé de demander une fois de plus pardon aux Ivoiriens pour tout ce que, depuis 2002, j’ai pu consciemment ou inconsciemment commettre comme offenses à ce peuple qui a tant souffert. J’adopterai la même démarche de pardon et j’irai demander pardon à mes aînés, les présidents Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et aussi Laurent Gbagbo », avait déclaré Guillaume Soro, ce jour-là, soulignant qu’en « ce qui me concerne, j’ai déjà pardonné et je suis désormais sans rancune, ni colère ».

Récemment encore, c’est-à-dire le dimanche 25 novembre 2018, à Abidjan-Riviera II, lors de l’Assemblée générale de l’Union des anciens de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Una-Fesci), il a prôné la réconciliation, souhaitant la libération de Charles Blé Goudé, actuellement jugé à la Cpi au côté de Laurent Gbagbo, pour crimes contre l’humanité durant la crise post-électorale de 2010-2011.

Guillaume Soro et son successeur à la tête de la Fesci se sont brouillés, par le passé, plus d’une fois… A la lumière des discours officiels des deux ex-leaders estudiantins, on note qu’ils ont décidé, aujourd’hui, de faire table rase du passé.

L’ex-Premier ministre de Laurent Gbagbo et d’Alassane Ouattara, s’exprime fréquemment sur le pardon et la réconciliation nationale. A la tête d’une délégation, le lundi 26 novembre 2018, au domicile de feu Abou Dramane Sangaré, à Abidjan-Riviera III, M. Soro a présenté son pardon au Front populaire ivoirien (Fpi) de Laurent Gbagbo. «Je sais qu’à partir de 2010, 2011 je ne l’avais (Sangaré) plus revu, et il serait malheureux de ne pas évoquer cet épisode ici. Ça été quelque chose de très difficile, et je suis ici devant la famille, je sais que le défunt a eu des moments très difficiles, surtout après l’arrestation du 11 avril. Donc je voudrais à l’occasion de son décès, personnellement et publiquement vous présenter mon pardon parce que je sais que vous avez souffert dans votre chair, vous avez été tristes », a dit l’ex-Secrétaire général de l’ancienne rébellion des Forces nouvelles (Fn), au cours de sa présentation de condoléance aux familles biologique et politique de Sangaré. « Aujourd’hui, je suis devant vous, c’est inutile de jouer à l’hypocrite, de venir saluer et de partir si comme de rien n’était. Pour ceux qui ont souffert et qui m’en ont voulu, je vous demande pardon. Oui ça été un épisode difficile pour notre pays. Aujourd’hui, devant sa dépouille, je suis là pour vous présenter mon pardon. À tous ceux qui sont ici et qui ont souffert de ma gouvernance, de mes actions en tant que Premier ministre, je vous demande pardon. Je pense qu’à l’occasion de ses funérailles, il nous faut avoir le courage, l’énergie et la force de regarder l’avenir de notre pays, et de faire la réconciliation », a fait savoir Guillaume Soro, en présence de dignitaires du parti de Gbagbo dont Simone Ehivet.

SYLLA Arouna

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment