02082023Headline:

Abdoulaye Bio Tchané (BR): «Notre objectif est de sortir des élections en tant que premier parti du Bénin»

On peut acheminer le matériel électoral actuellement partout, sur tout le territoire béninois ?

Je pense. Je vois les gens circuler un peu partout, et donc il n’y a pas de raison que ce matériel n’y arrive pas.

L’un des autres sujets de préoccupation pour les Béninois, c’est le coût de la vie. Ces derniers mois, il y a eu plusieurs manifestations de syndicats contre la vie chère. Que vous demandent les électeurs à ce sujet, qu’est ce que vous pouvez faire pour ça ?

Le gouvernement du président Patrice Talon a pris des mesures. D’abord, subventionner massivement un certain nombre de produits de consommation courante. Ensuite, le gouvernement a pris des mesures d’accroissement des salaires des fonctionnaires de l’État. Et donc c’est dans cette direction que nous entendons poursuivre avec le gouvernement.

Il y a eu ces mesures, effectivement, mais certains entrepreneurs se plaignent du poids des impôts.

L’impôt est d’abord une obligation. Mais ensuite, c’est avec l’impôt qu’un pays comme le Bénin peut se construire. Nous ne sommes pas un pays avec des ressources minières infinies comme d’autres. Et donc, notre économie est assise essentiellement sur la perception des impôts. Donc oui, il peut y avoir des raisons de se plaindre, mais c’est aussi vrai que dans l’ensemble, l’économie béninoise n’est pas suffisamment fiscalisée.

Il y a des plaintes également sur les restrictions du droit de grève. Qu’est-ce que vous répondez aux personnes qui disent que le Bénin recule dans ses libertés sociales ?

Nous avons besoin, dans un pays comme le Bénin, que les travailleurs soient au travail. Nous avons engrangé des résultats incroyables, aussi bien dans le secteur de la santé que dans le secteur de l’éducation, justement parce que nous n’avons pas connu de grèves depuis trois ans. Donc, même si certains peuvent se plaindre théoriquement de ce que le droit de grève a été restreint, au Bloc Républicain nous sommes en soutien à ces mesures, parce que nous en voyons les résultats.

Ces législatives vous préparent aussi pour la présidentielle de 2026. Le président Patrice Talon ne sera pas candidat ?

Il l’a dit plusieurs fois, je crois qu’il faut se référer à ce qu’il a dit. Je n’en dirai pas plus.

Et donc, il faut préparer sa succession. Vous le faites au Bloc Républicain ?

Notre ambition est de prendre et d’exercer le pouvoir, mais il est prématuré de parler de l’élection présidentielle de 2026, alors même que nous sommes au milieu d’une élection qui est très, très importante pour le parti, et pour les autres partis, d’ailleurs.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles