05222018Headline:

Abidjan: Affi N’guessan (Fpi) Nous sommes totalement ouverts à une alliance avec le Pdci

Pascal Affi N’guessan serait grand preneur d’une alliance avec le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci).

Interrogé sur l’éventualité d’une « alliance » avec l’allié du Rassemblement du républicains (Rdr), M. Affi, président du Front populaire ivoirien (Fpi), a répondu sans ambages : « Nous sommes totalement ouverts à cela ». L’ancien Premier ministre était interrogé, lundi 23 avril 2018, par la télévision en ligne Dnewstv. Il a donné son appréciation de l’actualité au sein du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), la coalition au pouvoir, dont les grands piliers, le Pdci et le Rdr, ont des visions opposées sur la présidentielle de 2020. « Le Pdci ne veut pas faire cavalier seul. Il souhaite être le candidat du Rhdp. Cela veut dire qu’ils sont conscients, au Pdci, qu’il faut rester ensemble si on veut gagner », a analysé Pascal Affi N’guessan. « Sans le Rhdp, ni le Rdr, ni le Pdci n’a des chances de gagner les élections de 2020. Même le Pdci, qui suppose qu’il peut y avoir désaccord entre le Rdr et lui, pense à une solution alternative en termes d’alliance », a affirmé M. Affi, député de Bongouanou sous-préfecture.

A relire: Après sa rencontre avec Bédié, Affi N’guessan: « La Côte d’Ivoire a besoin de Bédié pour construire la Paix »

Mercredi 24 janvier 2018, Pascal Affi N’guessan avait rendu une « visite de courtoisie » à Henri Konan Bédié, le président du Pdci, à la résidence de ce dernier à Cocody-les ambassades. A l’époque, M. Affi avait été élogieux vis-à-vis du chef du Pdci le qualifiant de « monument de la politique et de la nation ivoirienne » et d’« acteur clé avec lequel il faut compter ». La direction du Pdci, qui maintient son alliance avec le Rdr, n’a, pour l’heure, pas donné de suite aux appels du pied du Fpi de M. Affi.

Dans l’interview avec Dnewstv, l’ex-Premier ministre de Laurent Gbagbo aborde la crise qui mine son parti, avec deux groupes antagonistes, le second étant dirigé par Abou Drahamane Sangaré. « Il faut d’abord dire que les choses évoluent dans le sens de l’unité. C’est vrai que lorsqu’on focalise (le débat) autour de l’élite de la fronde, en particulier M. Sangaré, on ne voit pas le mouvement qu’il y a autour de lui », a étayé Affi N’guessan. « Nous qui sommes sur le terrain, nous nous rendons compte qu’il y a des appels de plus en fréquents émanant de militants qui étaient dans la fronde (…) Il y a même des cadres qui souhaitent être candidats aux élections municipales et régionales à venir », a argué le député, assuré que le mouvement d’unité finira par gagner « le petit noyau de radicaux ». « Tout le monde se rend bien compte que si nous ne sommes pas unis, nous nous faisons du tort à nous-mêmes, en tant qu’acteurs politiques ; nous faisons du tort à l’ensemble de nos militants, je dirai même à la Côte d’Ivoire entière et en particulier au président Laurent Gbagbo, qui a besoin d’un parti uni pour le soutenir », a expliqué Affi N’guessan.

L’ex-chef d’Etat, Laurent Gbagbo, figure principale du Fpi, est détenu par la Cour pénale internationale, qui l’accuse de crimes contre l’humanité dans la crise post-électorale, entre décembre 2010 et avril 2011.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment