07212018Headline:

Abidjan: Aguib Touré, l’imam qui dérange la République, écroué…

Aguib Touré a été déféré au parquet d’Abidjan-Plateau, ce lundi 9 juillet 2018, après avoir passé 7 jours à la DST. Il est reproché à l’Imam de la Mosquée Al-Houda Wa Salam d’Abobo de prôner le radicalisme et l’extrémisme violent dans ses sermons.

Il paraît évident que l’imam Aguid Touré dérange par ses prêches en Côte d’Ivoire. Placé sous surveillance par les fins limiers ivoiriens depuis un certain temps, cet homme religieux avait en effet été cuisiné, 4 heures durant, à la Direction de la surveillance du territoire (DST), le 29 mai dernier, après l’une de ses prédications où il déclarait : « L’islam dit que si tu laisses partir ton enfant là où il n’y a pas de croyance, il est perdu. Et comme il n’y a pas d’autres croyances ailleurs qu’en islam, il est important d’attirer l’attention des fidèles musulmans. Moi, je n’ai fait que dire ce qui est contenu dans le coran. »

Depuis cet épisode, l’Imam de la Mosquée Al-Houda Wa Salam de la commune martyre d’Abobo est resté dans le viseur des sécurocrates de la République. Longue ne fut d’ailleurs pas l’attente, car ce guide religieux qui n’a visiblement pas la langue dans la poche a encore récidivé en s’attaquant, cette fois-ci, au pouvoir d’Abidjan.

À propos du coût du pèlerinage à la Mecque, Aguib Touré a indiqué que de tous les régimes qui se sont succédé en Côte d’Ivoire, à savoir Félix Houphouët-Boigny, Henri Konan Bédié, Guéi Robert et Laurent Gbagbo, seul celui d’Alassane Ouattara, musulman et originaire du nord du pays, a fait monté les enchères pour fixé ce coût du Hadj à deux millions de FCFA. Il avait par ailleurs dénoncé les déguerpissements des populations de Cocody Danga et des autres zones dits à risque par le gouvernement.

À la suite de ce prêche, il avait été conduit dans les locaux de la DST. Après un interrogatoire qui a duré près d’une semaine, cet imam vient d’être placé en détention par le parquet d’Abidjan pour incitation à la désobéissance civile, incitation à la radicalisation et à l’extrémisme violent. À en croire certaines sources proches du dossier, la thèse du terrorisme avait même été évoquée.

Notons que depuis l’attaque terroriste qui a frappé la commune balnéaire de Grand-Bassam, en mars 2016, les autorités sécuritaires ivoiriennes veillent au grain pour faire face à toute menace. Cependant, le cas de l’Imam Aguib divise au sein de la communauté musulmane. Alors que certains fidèles dénoncent un acharnement contre cet homme religieux, le Conseil supérieur des imams (COSIM) reste sur ses gardes : « Il n’y a pas de réaction officielle pour l’instant. En attendant une éventuelle réaction, ce que je peux vous dire, c’est que le Cosim ne s’exprime pas à chaud sur tous les problèmes. Chacun est libre de ses propos et les propos de l’imam n’engagent que lui. »

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment