12112018Headline:

Abidjan: Bédié devant les cadres de Koun-Fao, « On ne confisque pas les moyens de l’Etat; Celui qui fait cela aura à rendre ces moyens un jour et à rendre gorge ».

 Lundi 3 Décembre 2018 -« On ne confisque pas les moyens de l’Etat. Celui qui fait cela aura à rendre ces moyens un jour et à rendre gorge ».

Le président du parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié  multiplie ces derniers temps ses pics contre ses anciens alliés, le rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp).Recevant à Daoukro, le week-End dernier, une délégation des élus,cadres  et chefs traditionnels de Koun-Fao  conduite par Ta Thomas Kobenan (vice-président Pdci), le premier responsable du plus vieux parti n’a pas manqué de fustiger le comportement de ses anciens alliés.
Pour Henri Konan Bédié le Rhdp, parti unifié a voulu diriger ses hôtes dans un chemin sans issue avec les moyens de l’Etat.

« Vous avez eu en face de tous ceux qui se servant des moyens de l’Etat ont voulu vous diriger dans un chemin sans issue. Car ce qu’ils ont entrepris de faire est sans issue pour la Côte d’Ivoire et pour les Ivoiriens. Et c’est la raison pour laquelle vous avez que pendant cette campagne, ils ont mélangé à dessein notre logo avec leur case. Dieu merci tout ça c’est fini », a précisé Henri Konan Bédié.

Le président du Pdci a profité de cette rencontre pour rassurer ses hôtes qu’il est définitivement sorti du Rhdp  et qu’il ne reviendrait plus sur sa décision.
« Nous sommes sortis du Rhdp  définitivement et nous ne reviendrons plus là-dessus », a-t-il fait savoir.

Le sphinx de Daoukro a aussi évoqué la question de la nouvelle plateforme qu’il entend mettre en place pour les élections de 2020.

« Nous établirons une nouvelle plateforme avec tous ceux qui partagent la vision d’une Côte d’Ivoire éprise de paix, désireuse de se réconcilier, de réconcilier tous les habitants et une Côte d’Ivoire. Ils disent que si on ne va pas un nouveau parti unifié en abandonnant le Pdci, on n’aura pas de crédit pour travailler. Nous combattrons cela parce que s’agissant des mairies et des régions se sont des structures de la république. S’ils ne donnent pas ces crédits aujourd’hui, de toutes les façons, ils les auront demain. C’est un droit imprescriptible, on ne confisque pas les moyens de l’Etat. Celui qui fait cela aura à rendre ces moyens un jour et à rendre gorge », a conclu le président du Pdci-Rda.

Jean Chrésus

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment