10172018Headline:

Abidjan: Cocody Danga, les déguerpis annoncent le décès de deux locataires et déplorent la non assistance des autorités

Samedi 23 Juin 2018 –  L’actualité ivoirienne est dominée en ce moment par les désagréments causés par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le pays dans la nuit de lundi à mardi et qui ont occasionné des pertes en vie humaines.

A côté de cette actualité, pour la première fois depuis leur expulsion le 8 mai dernier, les familles du site de Cocody Danga  Bel Air ont donné de la voix aujourd’hui au cours d’une rencontre avec la presse pour dénoncer l’attitude de la SICOGI.

«Le tribunal a demandé à la SICOGI de signer les actes de cession de chacun des demandeurs. Juste après la décision du tribunal la SICOGI  invite les populations à la table de négociation aux cours de laquelle, elle fait visiter des sites: Cité ADO à Yopougon prison civile, cité Concord à Abobo PK18, Azito à Yopougon qui étaient censées recevoir tous les locataires de Cocody Danga  Bel Air, » a déclaré la présidente du Syndic, Madame Yedèss.

Elle reproche à la SICOGI  d’avoir introduit une action malicieuse devant la Cour d’Appel, pendant les négociations.

Selon la Présidente, la SICOGI  prétend avoir relogé tous les locataires de Cocody Danga  Bel Air.

«Cette affirmation permet à la Cour d’Appel de débouter les locataires de Cocody Danga  Bel Air en appel. La cour suprême a confirmé la décision de la cour d’appel, » a déploré, madame Yédess.

Elle ne comprend pas par ailleurs, le fait que le Directeur Général de la SICOGI  ait avoué n’avoir jamais relogé les locataires de Cocody Danga  Bel Air à une émission télévisé de la télévision nationale.

Cocody DangaBel Air comptait 77 logements dont 33 sont allés en justice et 44 non attenté aucune action mais, ils ont été saisis par la direction de la SICOGI  par des exploits de congé en date du 13 avril 2018 et qui devait prendre fin le 11 juillet 2018.

Malheureusement selon la présidente du Syndic, les habitants ont été expulsés avant le délai.

Elle a révélé que le Directeur des Affaires Juridiques de la SICOGI, prenait soin de rentrer en contact avec les 44 autres afin de les proposés la somme d’un million (1.000.000) FCFA et leurs demandant de renoncé à leurs droit dans un protocole d’accord.

«Avant la destruction du site, 21 logements sur les 44 avaient cédés sous la pression et les menaces des responsables de la SICOGI, » a-t-elle précisé.

En revenant sur les conditions d’expulsion des populations, la présidente a déploré l’attitude de la SICOGI.

«Le 08 mai 2018 à 06h du matin, plusieurs détachements de la police nationale avec des badauds munies d’arme blanche ont envahi le site de Cocody Danga Bel Air et nous ont intimé l’ordre de quitter les lieux dans 30 minutes, » a expliqué madame Yédess.

Elle a indiqué depuis leur expulsion des familles dorment à la belle étoile en pleine saison de pluie avec des enfants et des personnes du 3ème âge dont deux sont décédées et une dans un état très critique.

A côté de ces pertes en vie humaines, la Présidente affirme que les habitants ont perdu beaucoup de biens matériels fruit de plusieurs années de vies et de travail.

Depuis le départ forcé des familles, elles n’ont reçu, jusqu’à ce jour, la visite d’aucune autorité encore moins, le maire de Cocody.

En dépit de cette situation de non assistance, les familles ne demandent rien d’autre que leur relogement et l’application pure et simple de l’arrêté pris en 1970 parle Président Félix Houphouët Boigny.

Au cours de cette rencontre avec la presse, la Présidente était entourée de Daléba de la coordination des indignés et de plusieurs autres membres de la société civile.

 

 

koaci.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment