12192018Headline:

Abidjan: EDS déplore la morts pendant le scrutin!!!

La plateforme Ensemble pour la démcratie et la paix (EDS, oposition), a dénoncé lundi à Abidjan, la “mauvaise organisations” des élections régionales et municapales couplées du 13 octobre, dans un communiqué.

Le bilan des élections municipales et régionales couplées du 13 octobre 2018 est lourd. On a déploré au moins cinq (05) morts, notamment dans les communes de Séguéla, Lakota et Abobo, des centaines de blessés et d’importants dégâts matériels dans la plupart des circonscriptions électorales aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays.

Cette situation tragique dont les tenants actuels du pouvoir portent l’entière responsabilité aurait pu être évitée aux Ivoiriens, si le gouvernement avait été réceptif aux nombreux appels des forces vives de la Nation et de la communauté internationale en vue d’une réforme consensuelle du cadre institutionnel et juridique des élections avant ces scrutins, conformément à la décision de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples du 16 novembre 2016.

La plate-forme politique Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) qui a vécu avec tristesse et émotion ces douloureux événements, s’incline, avec déférence, devant la mémoire des personnes disparues, adresse ses condoléances les plus attristées et sa solidarité aux familles éplorées.

EDS souhaite un prompt rétablissement aux nombreux blessés, déplore les dégâts matériels et dénonce la légèreté avec laquelle cette situation a été gérée par la Commission en charge des élections. Il condamne par ailleurs l’indifférence méprisante et coupable du gouvernement qui n’a exprimé aucune compassion à l’endroit des familles endeuillées et victimes de ces violences inutiles qui ne grandissent pas la Côte d’Ivoire.

Au plan organisationnel, il est profondément regrettable que les municipales et régionales couplées aient été émaillés de plusieurs anomalies et dysfonctionnements dont des manipulations honteuses de résultats, le manque d’ancre indélébile dans plusieurs bureaux de vote, un déficit inexplicable de stickers sur les bulletins de vote, des procès verbaux falsifiés, des bourrages d’urnes, des convoyages inacceptables de votants, des intimidations de toute sorte et des achats de consciences des électeurs y compris celles de certains agents des CEI locales.

Ces faits démontrent à suffisance que EDS était fondé, et ce, depuis le reniement de la parole donnée du 05 septembre 2018, à réclamer le report de ces scrutins et la mise en place d’une CEI consensuelle et véritablement indépendante, dans le cadre de discussions républicaines entre le pouvoir et les autres parties prenantes avant l’organisation de toute nouvelle élection en Côte d’Ivoire.

Malheureusement, comme à son habitude, le pouvoir a fait le choix d’une démarche solitaire, dénuée de tout bon sens, pour en arriver à ces résultats marqués par la manipulation et le braquage éhonté des élections locales, en violation de ses engagements internationaux.

EDS, plate-forme politique désireuse de participer à toutes les compétitions électorales organisées dans des conditions de transparence, de crédibilité et de démocratie, ne pouvant s’associer à ces voies de faits opérées par le pouvoir et dont les conséquences prévisibles endeuillent à nouveau le peuple de Côte d’Ivoire et menace gravement la cohésion sociale, a demandé, avec responsabilité, à tous ses militants et sympathisants et à l’ensemble des Ivoiriens, de s’abstenir de prendre part à la mascarade électorale du 13 octobre 2018.

EDS se félicite du respect et du suivi de son mot d’ordre par l’écrasante majorité des Ivoiriens. Il les remercie et les encourage dans leur engagement pour une Côte d’Ivoire qui doit renouer définitivement avec un système électoral crédible, transparent et conforme aux standards internationaux.

EDS, tirant les conséquences de la mauvaise organisation de ces élections locales qui ont inutilement éprouvé les Ivoiriens, lance à nouveau un appel solennel au Chef de l’Etat et à son gouvernement afin de créer, sans attendre, les conditions de discussions ouvertes, transparentes et démocratiques entre toutes les parties prenantes en vue de la réforme en profondeur du cadre juridique et institutionnel des élections en Côte d’Ivoire, conformément à la décision de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

La plate-forme politique EDS reste convaincu que c’est par la voie du dialogue et des discussions républicaines, et non par l’exclusion que veut nous imposer les tenants actuels du pouvoir, que la Côte d’Ivoire relèvera les défis de la réconciliation, de la cohésion sociale et de l’organisation d’élections démocratiques qui renforcent l’unité nationale.

Que Dieu qui est Amour, Justice et Vérité bénisse et protège la Côte d’Ivoire, notre patrimoine commun.

Fait à Abidjan, le 20 octobre 2018

Pour EDS

Le Président

Pr Georges-Armand OUEGNIN

 

lebabi.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment