05242019Headline:

Abidjan: Henri Konan Bédié confirme sa candidature pour les élections 2020.

La séquence est passée presqu’inaperçue dans le message de nouvel an du président du Pdci-Rda. Pourtant, elle est parfaitement révélatrice de l’état d’esprit de Henri Konan Bédié et éclaire d’une vive lumière sur les probables ambitions du sphinx. L’ex-partenaire d’Alassane Ouattara appelle, dans son message, à la mise en place d’un mouvement citoyen, qui travaillera à obtenir la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei).

C’est un appel, non pas aux seuls militants du Pdci-Rda, mais aux Ivoiriens, dans leur ensemble : « Je voudrais, en ce moment solennel, vous inviter, chers Ivoiriennes et chers Ivoiriens, dans le respect de notre diversité d’opinion, de pensée et de religion, au rassemblement au sein d’une plateforme, non idéologique, pour que nous puissions jeter les bases d’un dialogue franc, constructif et compétitif, pour concevoir et mettre en œuvre un nouveau pacte social garantissant à la fois une paix définitive en Côte d’Ivoire et une cohésion sociale réussie entre les filles et fils de notre beau pays.

A cet effet, ce mouvement citoyen, que j’appelle de tous mes vœux, devra œuvrer efficacement pour obtenir du gouvernement actuel, en 2019, une réforme profonde de la commission électorale indépendante (…) L’obtention d’une telle réforme, de façon consensuelle, pourrait, d’une part, garantir en 2020 une élection présidentielle juste, transparente et inclusive et, d’autre part, faciliter la mise en place d’un gouvernement d’union nationale pour consolider définitivement la paix et la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire ».

Ces phrases de Henri Konan Bédié sont chargées de sens. Le chef du Pdci prend une hauteur présidentielle- qu’il n’a d’ailleurs jamais quittée- et se pose en rassembleur des forces, toutes les forces opposées à Alassane Ouattara et au parti unifié Rhdp. On découvre, dans la séquence, un Bédié qui enfile, sans complexe, et avec hargne, le manteau de chef d’opposition. L’évocation d’un gouvernement d’union nationale au terme de l’élection présidentielle de 2020 tient quelque chose du projet d’un candidat. Il y a, dans les propos de l’ex-chef d’État, l’annonce discrète (?) d’une intention de candidature. Que cette annonce intervienne, à l’aube d’une année durant laquelle sera désigné le candidat du Pdci à la présidentielle, n’a, sans doute, rien du hasard.

Au fond, la candidature de Henri Konan Bédié à l’élection présidentielle de 2020 n’est plus un sujet tabou. Entre les déclarations enthousiastes et très engagées de l’ex-ministre Gnamien Yao, grand conférencier du Pdci, et les réponses cauteleuses du principal intéressé, la candidature du sphinx se fait de plus en plus jour.

En tournée européenne, au moins de novembre 2018, Gnamien Yao prenait le contre-pied de ceux qui jugent l’âge de M. Bédié trop avancé (86 ans en 2020) pour espérer briguer, de nouveau, la magistrature suprême. M. Gnamien a opposé, à ces derniers, la Constitution de 2016. « La candidature du président Henri Konan Bédié en 2020 est conforme à la Constitution de la 3ème République», faisait valoir le grand conférencier, précisant que le verrou de l’âge a sauté dans la nouvelle loi fondamentale. Il a exhorté, à l’époque, les militants de son parti et les Ivoiriens de tous bords, à lire et relire la Constitution de la 3ème République afin de s’approprier la candidature du président du Pdci-Rda qui n’est rien d’autre « qu’un acte légal et hautement, citoyen qui non seulement approfondit la démocratie en Côte d’Ivoire, mais rappelle surtout à tous les Ivoiriens de l’intérieur comme de la diaspora épris de paix et de justice que dans un régime démocratique, «la liberté consiste à être indépendant de tout sauf de la loi»” (In L’inter du mercredi 28 novembre 2018).

A titre personnel, Henri Konan Bédié, s’il n’a pas dit explicitement qu’il serait candidat à la présidentielle de 2020, a laissé entrevoir cette possibilité, dans son interview à France 24, diffusée jeudi 13 décembre 2018. Au journaliste qui demandait, avec insistance, s’il serait candidat au scrutin de 2020, le numéro 1 du Pdci a, d’abord, renvoyé l’intervieweur à la convention du parti, puis, il a lâché : « il se pourrait que ce soit moi ».

Si des doutes existaient sur la candidature de Henri Konan Bédié à la présidentielle de 2020, ils se sont dissipés au fil des déclarations. Il est tout à fait possible que la convention d’investiture du Pdci, prévue courant 2019, ne réserve aucune surprise.

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment