11202018Headline:

Abidjan: Incident à Zakoua, des espions officiels interpelés près de la résidence de Guillaume Soro

Jeudi 19 avril 2018 –  Une équipe d’espions envoyée par le ministre de l’Intérieur à Zakoua, le village de l’épouse de Guillaume Soro, a été découverte et interpelée ce jeudi par la population et a failli passer un mauvais quart d’heure.

Selon les informations recueillies sur place par KOACI, des individus inconnus du village de Zakoua, s’y sont rendus et se sont installés à quelques encablures de la résidence du PAN, à l’abri des regards.

De leur position, ils s’attelaient à survoler la résidence de longues minutes durant, avec un curieux drone. La présence de cet appareil ne pouvant passer inaperçue, les villageois ont cherché et ont fini par trouver les individus qui l’opéraient de loin.

Soumis au feu roulant des questions des villageois sur cette insistance à filmer le domicile de Guillaume Soro  avec leur drone, les individus ont donné des explications confuses et contradictoires.

Tantôt ils disaient être venus pour installer l’eau et le courant, tantôt ils disaient être des cartographes, des géologues venus d’Abidjan. Sommés de présenter un document qui atteste leurs fonctions et l’objet de leur mission, les individus ont produit un ordre de mission signé de Vincent Toh Bi Irié, Directeur de cabinet du Ministre de l’Intérieur et de la sécurité. Et c’est à ce moment-là que le pot aux roses fut découvert.

L’appli KOACI Android avec les notifications en temps réel (cliquez ici pour installer) Ou Apple (cliquez et installez-la sur votre iPhone ou iPad)

Selon le document que nous avons pu consulter (ph2), il faut retenir, au-delà des termes rébarbatifs en usage dans les services secrets, que le ministre de l’Intérieur a envoyé une équipe commando clandestine en mission dans les localité de Zakoua, Ferkessédougou, Bouna, Katiola, Bondoukou et Doropo. Officiellement, ils sont en mission de télédétection et de relevés cartographiques. Et leur mission s’étendait du 12 avril au 6 mai 2018.

Nos sources au sein de la communauté du renseignement confirment qu’il est notoire que depuis plusieurs semaines, la présidence de la République de Côte d’Ivoire a fait acquérir des drones que l’on a équipés expressément de dispositifs de détections d’armes à feu. Et des espions devaient être envoyés pour inspecter toutes les résidences appartenant ou ayant été occupées par Guillaume Soro, dans le but d’y rechercher des armes.

Il n’échappera à personne que le Président de l’Assemblée nationale est soupçonné par le pouvoir de cacher des armes chez lui à Ferkessédougou et à Zakoua, le village de son épouse.

Le colonel Hervé Pelikan Touré, commandant du 3ème bataillon de Bouaké, actuellement en formation à l’ENA, est également soupçonné de détenir clandestinement des armes dans une résidence familiale à Katiola.

Le colonel Ouattara Issiaka dit Wattao, commandant de la Garde républicaine, est suspecté de cacher des armes à Bouna et Doropo. Pour sa part, le colonel Morou Ouattara, commandant le Bataillon de sécurisation de l’Est (BSE), est suspecté d’avoir dissimulé des armes à Bondoukou, siège de son bataillon.

Cet incident grave survenu à Zakoua  pourrait aller dans le sens de ceux qui font état d’une méfiance pour ne pas dire une haine d’Alassane Ouattara envers Guillaume Soro et son acharnement à l’écarter de la course à la présidentielle de 2020.

Tous les observateurs de la vie politique ivoirienne sont en effet persuadés que le clan au pouvoir s’est convaincu que Soro sera un adversaire politique coriace et d’autant plus dangereux qu’on lui prête un contrôle sur des stocks d’armes clandestins.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment