01192019Headline:

Abidjan: « Jacques Ehouo ne bougera pas du pays. Si les gens pensent qu’en faisant tout cela, il va quitter le pays c’est peine perdue » a martelé Me Claver N’dry.

Jacques Ehouo ne quittera pays le pays. Si les gens pensent qu’en faisant tout cela, il va quitter le pays c’est peine perdue. Il ne bougera pas », a martelé Me Claver N’dry, avocat du député-maire du Plateau. Il a démenti une rumeur véhiculée sur les réseaux sociaux tendant à faire croire que l’élu du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) avait l’intention de quitter le pays, au cours d’un entretien téléphonique, vendredi 11 janvier 2019.

«Sur des réseaux sociaux, ils ont posté : Déjà Ehouo en fuite. Mais, non, il est là, il n’a pas quitté le pays », a-t-il insisté. Toutefois, le juriste a précisé que son client est libre de tous ses mouvements. « S’il doit voyager, il informera. Mais, il ne va pas voyager, il ne quittera pas le pays », a-t-il souligné. Puis, d’informer sur l’état d’esprit de son client. « Jacques Ehouo va bien. Il a le morale au bon fixe. Il est tranquille. Quand vous avez le droit avec vous, vous êtes tranquille », a-t-il rassuré.

Pour Me N’dry, ce qui est choquant dans cette affaire de détournement, c’est absence de documents. « On ne peut pas réclamer 5.142.033.200 francs Cfa sans aucun document comptable. On ne peut pas être aussi précis et ne présenter aucun document comptable. On est dans l’illusion, la fabrication de l’ennemi. Ils veulent faire de notre client un détourneur de deniers publics. Alors que tout le monde sait que le problème est ailleurs. On s’agrippe à des artifices juridiques qui ne tiennent pas », a-t-il dénoncé. Selon lui, « cette cabale » a pour but d’empêcher Jacques Ehouo d’exercer son mandat à la tête de la mairie du Plateau. Toute chose qui ne correspond pas à la volonté des populations de cette localité.

En sus, l’homme de droit a fait observer un principe fondamental : la présomption d’innocence. D’après ses explications, Jacques Ehouo est présumé innocent. On ne peut pas sur la base de simples allégations (sans preuve) le priver d’exercer un mandat électif. « Un Etat de droit respecte les règles démocratiques. Quand on n’arrive pas à respecter les règles démocratiques, on prépare des frustrations », a-t-il fait remarquerRappelons que Jacques Ehouo a été entendu jeudi 10 janvier à la Police économique et financière avant d’être présenté à un juge d’instruction. Il a été inculpé pour détournement de deniers publics, faux et usage de faux, blanchiment de capitaux”,sans le mettre sous mandat dépôt. Il est rentré chez lui, jeudi nuit.

Jonas BAIKEH

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment