09212018Headline:

Abidjan: Joël N’Guessan (RDR) salue Simone Gbagbo pour son message.

Lors d’un culte d’actions de grâce, ce samedi à Moossou, Simone Gbagbo a rendu le témoignage de ses sept années de détention. Pour Joël N’Guessan, cadre du RDR, le message de l’ex-première dame appelle à la réconciliation nationale.

La politique est un art, bien plus, un métier, avait coutume de répéter un homme politique ivoirien. Simone Gbagbo a démontré par ses actes de ces derniers temps qu’elle est une virtuose en la matière. En effet, suite à sa libération le 8 août dernier après sept années de détention, l’ancienne première dame de Côte d’Ivoire a tenu à passer un message fort à ses compatriotes.

Ainsi, depuis son village natal de Moossou, dans la commune de Grand-Bassam, l’épouse de Laurent Gbagbo a tout d’abord rappelé son parcours carcéral, d’Odienné à l’Ecole de gendarmerie d’Abidjan, avant de remercier Dieu d’avoir incliné le cœur du président Alassane Ouattara qui a pris une ordonnance d’amnistie pour la libération d’environ 800 prisonniers de la crise postélectorale. Elle a par ailleurs appelé les Ivoiriens au pardon, à la paix et à la réconciliation.

Ce message n’a nullement laissé personne, encore moins Joël N’Guessan, indifférent. En effet, le Vice-Président du Rassemblement des républicains (RDR) chargé de la Région du Bélier et du District Autonome de Yamoussoukro, a félicité Mme Gbagbo pour sa hauteur d’esprit et la profondeur de son message.

« Le premier constat que nous faisons, c’est qu’elle a l’honnêteté de dire la vérité sur ses sept (7) années de détention, aussi bien à Odienné qu’à l’Ecole de Gendarmerie à Abidjan. Prenant le contrepied de tous ceux qui ont prétendu que pendant son temps de détention elle a été régulièrement maltraitée, elle affirme au contraire qu’elle a été traitée avec respect et dignité », a indiqué l’ancien porte-voix de la rue Lepic.

Poursuivant, il ajoute : « Madame Simone Ehivet GBAGBO, en dressant la typologie des différentes victimes de notre crise électorale a planté le décor du pardon indispensable à la réconciliation. Toutes les couches sociales ivoiriennes ont été touchées par notre crise. Au-delà de ce constat, nous devons nous dépasser pour nous projeter dans l’avenir en acceptant de nous pardonner mutuellement. »

Il déclare par ailleurs que « nous avons l’obligation de nous pardonner si nous voulons poser les bases d’une nouvelle Côte d’Ivoire bâtie sur des valeurs nouvelles. PLUS JAMAIS ÇA ! Cela doit être l’indispensable crédo de tout homme politique ivoirien. C’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, il faut féliciter l’ex-Première Dame de Côte d’Ivoire, Madame Simone Ehivet GBAGBO pour la profondeur de ses propos emprunts de sagesse et d’humilité ».

Notons que Joël N’Guessan est l’oncle de Stéphane Kipré, le gendre de la famille Gbagbo. Lors de la cérémonie de dot de Marie-Laurence Gbagbo Djaya Gado, la fille de Laurent et Simone Gbagbo, le cadre du RDR conduisait la délégation de la famille du fiancé, président de l’Union des nouvelles générations (UNG).

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment