11172018Headline:

Abidjan: La révocation de Akossi Bendjo est une “décision politique”, selon le PDCI ?

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, allié au pouvoir) a jugé “politique” la révocation du maire du Plateau (Centre des affaires), Akossi Bendjo, l’un de ses hauts cadres, dénonçant “une série de poursuites ciblées contre ses cadres et élus”, dans une déclaration jeudi.

“Le PDCI considère que la révocation de Akossi Bendjo est une affaire politique”, indique dans la déclaration lue par le porte-parole Narcisse N’Dri, au domicile du président du parti, Henri Konan Bédié, à Cocody (quartier chic à l’Est d’Abidjan), après une réunion.

La formation de M. Bédié s’est “étonnée de la précipitation avec laquelle cette décision a été prise”, relevant que cette “révocation vient s’inscrire dans une série qui cible ses élus et cadres”, notamment le limogeage l’ex-inspecteur général d’État Gnamien N’Goran et la “suspension illégale” de Jean-Louis billon de son poste de président du conseil régional du Hambol (Centre nord).

Mercredi, “le conseil des ministres a adopté un décret portant révocation du maire du Plateau” Akossi Bendjo.

La décision fait suite à un “contrôle dans les communes du district d’Abidjan” au cours duquel “de graves déviations” ont été constatées dans la gestion de M.Bendjo, “du faux en écriture publique et un détournement de fonds portant sur plusieurs milliards Fcfa”, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Sidi Touré.

M. Touré avait expliqué que la révocation de M.Bendjo “n’est pas ciblée”, ajoutant que la décision a été prise en application de la loi.

Le parti de Henri Konan Bédié a noté “avec stupéfaction le non respect de la loi et les procédures en vigueur en matière de contrôle et la gestion des collectivités territoriales”, s’interrogeant sur “l’opportunité d’une telle décision”.

Le plus vieux parti a dénoncé “une grave violation de la présomption d’innocence”, s’inquiétant “de cette démarche du gouvernement qui entrave la paix, porte atteinte à la démocratie et l’État de droit”.

Le PDCI a condamné “cette dérive autoritaire du gouvernement” et demandé “de mettre fin aux poursuites et enquêtes ciblées”.

L’ex-parti au pouvoir a annoncé des “missions dans les chancelleries pour attirer leur attention sur les menaces qui pèsent sur la paix et la cohésion sociale en cote d’Ivoire”.

Jeudi, Akossi Bendjo, absent du pays, a soutenu qu’il ne se reconnaît “dans ce qui lui est reproché” et jugé “arbitraire” sa révocation, dans une déclaration publiée sur les réseaux sociaux.

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment