11212018Headline:

Abidjan: Le ministre Sidiki Diakité veut rétablir l’ordre.

L’ordre public ivoirien est fortement perturbé ces derniers temps du fait des contestations des résultats des élections locales. Le ministre Sidiki Diakité met donc en garde tous les auteurs d’un tel agissement.

Le mercure est monté d’un cran dans plusieurs localités ivoiriennes suite à une vague de contestations des résultats des élections régionales et municipales du 13 octobre dernier. Que ce soit dans la commune du Plateau à Abidjan, dans la région du Gontugo, à Lakota, à Issia, pour ne citer que ces localités, la tension était à son comble.

Des artères principales occupées par des manifestants, des pneus brulés, des véhicules caillassés, des biens publics ou appartenant à des particuliers détruits, une atmosphère insurrectionnelle, sans compter les nombreux blessés et des personnes tuées par endroit.

Eu égard à une telle situation rappelant un douloureux passé en Côte d’Ivoire, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a donc décidé de taper du poing sur la table. Sidiki Diakité a en effet recommandé à tous les contestataires de saisir les autorités judiciaires compétentes et éviter de descendre dans la rue pour manifester. Le sécurocrate ivoirien met donc en garde toute personne qui irait contre ses prescriptions.

L’on s’interroge cependant pourquoi n’avoir pas pris des mesures nécessaires pour éviter des débordements lors des élections locales, plutôt que de vouloir sauver les meubles, un peu comme un médecin après la mort ? A quoi ont véritablement servi les 30.000 policiers, gendarmes et militaires déployés sur le terrain pour sécuriser ce scrutin ?

Déclaration du ministre Sidiki Diakité
Depuis le dimanche 14 octobre 2018, à l’appel de certains candidats, des manifestations de rues sont organisées dans des localités du pays suite à la proclamation des résultats des élections municipales et régionales.

Ces manifestations ont donné lieu à des agressions physiques, ainsi qu’à des actes de vandalisme et de pillage.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité met en garde tous les auteurs de ces actes et rappelle que toute contestation de résultats des élections doit être portée devant les juridictions compétentes.

Tout contrevenant à cette disposition s’expose à des poursuites judiciaires.

Sidiki DIAKITE

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment