11192018Headline:

Abidjan : Le RHDP, au cœur de la conférence de presse de Kouadio Konan Simeon

Kouadio Konan Simeon, ancien candidat indépendant aux élections présidentielles de 2010 et 2015, s’est prononcé mardi sur la question du parti unifié Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, mouvance présidentielle), face à la presse.

Depuis quelques semaines, notre pays est à nouveau sujet à des tensions politiques. En effet, comme l’on pouvait le pressentir depuis un certain temps, le couple axial et moteur de la coalition au pouvoir, le PDCI-RDR, n’a pu surmonter ses divergences internes dans la perspective de l’élection présidentielle 2020.

En temps normal, nous n’aurions pu que regretter tout au plus, ce divorce, un acte devenu si banal et si courant sous nos tropiques. Sauf qu’ici, et c’est le piège, objet de mon interpellation, il ne s’agit pas de n’importe quel couple. Il s’agit ici d’un couple qui n’a jamais eu de cesse de nous mettre en garde contre les conséquences gravissimes de son éventuelle désunion sur l’ensemble de la nation. Et, à mon avis, nous aurions torts de minimiser ou de sous-estimer une telle menace, au risque de paraitre comme de véritables incorrigibles, au regard de notre histoire récente.

Le 16 juillet dernier, à l’occasion de l’assemblée constitutive du parti unifié (RHDP) de la discorde, Monsieur Ouattara dont les avertissements et mise en gardes de cette nature n’ont jamais été de vains mots, l’a encore et pour la énième fois martelé en des termes assez claires : “Le président Bédié et moi savons ce qu’ont coûté nos incompréhensions”.

Quelques semaines auparavant, lors du houleux bureau politique du PDCI RDA, l’un des grands défenseurs du maintien du mariage, Monsieur Daniel Kablan Duncan, vice-président de la république, lui-même surement dans les secrets des dieux, a tenu, non sans gravité, à prévenir son parti du danger certain de cette rupture : “Si le PDCI ruinait les espoirs du parti unifié, une guerre pourrait à nouveau survenir en Côte d’Ivoire” avait-il révélé.

Chers compatriotes, les choses peuvent elle être plus claires ? Allons-nous encore faire preuve de la même naïveté que hier ?

Depuis, le volcan ivoirien qui n’était qu’en état de somnolence semble enclencher son processus d’activation. Les éléments de langage nocifs de triste mémoire et les déclarations incendiaires refont surface, les plans les plus cyniques s’échafaudent et l’on voit déjà se dessiner à grands traits, le redoutable schéma de la métamorphose des forces en deux machines de guerre.

Allons-nous commettre fatalement la même erreur que hier ?

Allons-nous nous engager dans la préparation de la bataille fratricide en nous rangeant comme hier dans notre éternel 2 vs 1 mortel à l’issue toujours tragique et destructrice ?

Souvenons-nous du 2 vs 1 du front républicain de 1995, le résultat a été 30 morts au boycott actif, un coup d’état en 1999 et 300 morts à la présidentielle de 2000.

Souvenons-nous le tout sauf Bédié et Ouattara de l’élection présidentielle de l’an 2000, le résultat a été une rébellion meurtrière qui a défiguré notre pays avec son lot de victimes dont on est encore sans bilan.

Souvenons-nous du 2 vs 1 de 2010, le résultat a été au moins 3000 morts, des centaines de milliers de déplacés et de réfugiés, un pays profondément divisé, etc., etc.

A la lumière des derniers développements, tout porte à croire qu’une tendance majoritaire de l’opposition semble accréditer et même œuvrer pour le front commun contre le RDR. Ce rassemblement d’une partie des ivoiriens contre une autre partie aussi infime puisse-t-elle être, quoique légitime et stratégiquement efficace pour gagner l’élection peut-il l’être autant pour gagner la paix ?

Assurément non, si on s’en tient aux expériences citées plus haut. Cette option, dans le contexte ivoirien actuel gagne des élections mais elle ne gagne pas la paix. Bien au contraire, elle conduit à la guerre et à l’affrontement fratricide.

Car en définitive, que recherchons-nous ? Le pouvoir ou la paix ?

Je suis sûr que tous me répondront : le pouvoir et la paix. J’ose croire qu’il n’y en aura aucun pour me dire : moi c’est le pouvoir, la paix je m’en contrefiche. Car Je ne connais aucun homme politique qui aimerait conquérir le pouvoir pour ne pas avoir à l’exercer parce qu’on lui aura servi un coup d’état ou une rébellion.

Pour la Côte d’ivoire, comment atteignons-nous ce double objectif du pouvoir et de la paix ?

Mes propositions:

La crise ouverte actuelle, provoquée par l’implosion de la coalition au pouvoir et l’approche de la fin du dernier mandat du Président Ouattara sonne clairement la fin d’un cycle. La fin d’une génération qui aura été incapable de préserver l’héritage de paix légué par les pères fondateurs et la fin d’un système qui aura montré toutes ses limites et sa nocivité tant au plan social, économique et politique. Le contexte actuel à nous légué à deux ans de la prochaine élection présidentielle est une véritable bombe qu’il est vital pour la nation de désamorcer avec la plus grande sagesse et la plus grande délicatesse. Il impose de façon impérative et urgente la nécessité du consensus national autour d’idées fédératrices et fondatrices d’un nouveau contrat social au service du pardon, la réconciliation, et la paix et partant, de la cohésion sociale, du développement de la Côte d’Ivoire et du bien-être social de nos concitoyens.

Cela exige ici et dès maintenant, l’ouverture d’un dialogue national pour la mise en place d’un nouveau cadre politique inclusif pour la transition vers la nouvelle Côte d’Ivoire. Les lourds contentieux accumulés tout le long de ces trois dernières décennies nous imposent une halte. Tant d’années de rudes batailles, d’opposition des différentes communautés, de destructions de biens et surtout de milliers de vies humaines laissent forcément des séquelles et des frustrations, forgent des mentalités et des réflexes qui ne peuvent être traités dans le feu de l’action. Si nous voulons vraiment la paix durable et le développement de notre pays, nous ne pouvons plus faire l’économie d’une véritable concertation nationale et d’une véritable transition démocratique. C’est ici et maintenant à l’approche de la fin du mandat de Monsieur Ouattara qu’il faut en poser avec responsabilité et courage le principe et les termes au lieu de foncer tête baissée vers une élection dont on sait d’ores et déjà qu’elle ne sera pas plus paisible que celle de 2010. C’est dans ce cadre consensuel et dans aucun autre, que peut se construire à la fois l’action efficace pour la réconciliation et la paix, l’organisation et la passation du flambeau à la nouvelle génération.

C’est pourquoi, j’en appelle à tous les acteurs et en particulier au Président Henri Konan Bédié, en raison de sa responsabilité morale historique (c’est à lui que le père de la nation a laissé le pays) et en sa qualité de doyen d’âge de tous, pour le rassemblement de tous sans exception afin d’en étudier les modalités.

Oui Monsieur le Président, Dieu vous redonne là l’occasion de rectifier le tir. Agissez entant que père de tous et au-dessus de toute considération de couleur politique. En agissant ainsi vous aiderez grandement à éviter le piège de la division et à Transformer cette mauvaise passe politique en un tournant gagnant pour la réconciliation nationale et pour chaque habitant de ce pays.

Oui Monsieur le Président, tel est, me semble-t-il le rôle qui vous revient de jouer à cette étape cruciale de la vie de la nation. Ainsi, la conscience et le moral légers, vous pourrez tirer votre révérence de la scène pour un repos bien mérité avec la reconnaissance de la nation et surement, enfin, le repos de l’âme d’Houphouët Boigny.

Oui, leaders de tout bord Le scenario gagnant ce n’est ni le parti unifié, ni une quelconque coalition. Le scenario gagnant c’est la patrie unifiée, le scenario gagnant, ce n’est pas le Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), le scenario gagnant c’est le Rassemblement de tous les Ivoiriens pour la Démocratie et la Paix (RIDP).

Appelons chaque fille et chaque fils de la nation. Appelons les enfants d’Houphouët, appelons les enfants de Gbagbo, appelons les enfants d’Alassane, appelons les enfants de wodié, appelons tous les enfants de Côte d’Ivoire au rassemblement autour de la nation.

Appelons le PDCI, appelons le FPI, appelons le RDR, appelons tous les partis, appelez tous les militants et militantes de tous les partis.

Appelons toutes les forces vives de la nation et ensemble rebâtissons l’unité nationale pour la renaissance de notre pays.

Oui chers compatriotes, telle est, j’en suis convaincu, le seul schéma, la seule alternative pour contourner le piège de l’implosion et éviter le chaos qui se profile à l’horizon à notre chère patrie, la Côte d’Ivoire.

Quant à moi, dans le sacerdoce qui est le mien pour la réconciliation des filles et fils de ce beau pays que nous aimons tous, je reste déterminé et activement saisi, à la disposition et au service de la nation Jusqu’à ce que son salut paraisse, comme l’aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s’allume.

Ainsi, dans le consensus, l’AMOUR et en forgeant unis dans la foi nouvelle, nous auront tous et ensemble gagné le pouvoir et la paix pour la patrie de la vraie fraternité.

Je vous remercie et que Dieu Bénisse la Côte d’Ivoire !

Konan Kouadio Siméon (KKS)

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment