12142018Headline:

Abidjan: Ouassénan Koné échappe de justesse à la mort.

Ouassénan Koné avait été évacué d’urgence en France, début octobre, suite à un empoisonnement dont il a été victime à Korhogo. Après des soins intensifs dans l’Hexagone, l’ancien président du groupe parlementaire du PDCI-RDA est de retour au bercail, reconnaissant du président Henri Konan Bédié.
C’est un général Ouassénan Koné rayonnant et resplendissant de santé qui est arrivé, ce mercredi 21 novembre 2018, à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny. Et pourtant, ce n’était pas du tout évident, car parti représenter Henri Konan Bédié aux obsèques de feu Tenena Victor, ancien maire PDCI de Korhogo, des mains malicieuses ont empoisonné le vice-coordonnateur des vice-présidents du vieux parti. C’est donc sur une civière que celui-ci avait été évacué à l’hôpital américain Neuilly afin de suivre le traitement idoine.

Aussi, après avoir suivi une thérapie de plus d’un mois, l’ancien président du groupe parlementaire du PDCI est désormais requinqué et en bonne santé. De retour à Abidjan, le général Ouassénan a été accueilli par le Secrétaire exécutif du PDCI, le Professeur Maurice Kakou Guikahué, ainsi que plusieurs camarades de parti.

Donnant des indices sur ce qui lui était arrivé, Ouassenan Koné a déclaré : « Si j’ai dit que Dieu n’était pas d’accord que je parte, c’est qu’il y a eu une action qui a été menée. Mais, comme la volonté de Dieu a modifié le plan des hommes, eh bien, faisons confiance à Dieu et laissons-lui le soin de continuer le reste. Les êtres humains font des bêtises, Dieu règle tout ça. Quelle rancœur voulez-vous que j’ai ? »

Ce haut cadre du PDCI s’est dont voulu reconnaissant de tous ceux qui ont contribué à lui sauver la vie, à commencer par le président Bédié qui s’est particulièrement montré attentif à la situation de son collaborateur.

Ouassénan Koné exprime sa reconnaissance aux membres du PDCI
Monsieur le secrétaire exécutif en chef, chères sœurs, chers frères du PDCI-RDA, c’est ainsi que le président Félix Houphouët Boigny, nous a appris à nous appeler, au niveau de notre parti. Je voudrais très sincèrement dire un grand merci à monsieur le président Henri Konan Bédié. Effectivement, quand il a appris ma maladie, il a pris toutes les dispositions pour que je sois transféré en France, à l’hôpital américain Neuilly afin de suivre les traitements que nécessitait mon état.

Je voudrais donc lui dire grand merci parce que s’il n’avait pas eu cette réaction très active, peut-être qu’on parlerait d’autre chose. On touche du bois. Je voudrais vous remercier, monsieur le secrétaire exécutif, remercier le porte-parole et toutes mes sœurs et tous mes frères qui sont là, qui sont venus m’accueillir, leur dire qu’effectivement, ça été très difficile, mais comme c’est Dieu qui est le maitre du destin de chacun de nous, comme il n’avait pas encore fixé mon jour, il m’a dit de faire demi-tour et j’ai fait ce demi-tour et je suis de retour parmi vous. Je voudrais encore vous remercier tous pour votre présence.

Ce haut cadre du PDCI s’est dont voulu reconnaissant de tous ceux qui ont contribué à lui sauver la vie, à commencer par le président Bédié qui s’est particulièrement montré attentif à la situation de son collaborateur.

 

koaci.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment