12172018Headline:

Abidjan: Parti unifié, Ouattara à la vitesse supérieure pour 2020

Après moult tractations et tergiversations, Alassane Ouattara entend désormais passer à la vitesse supérieure pour la mise en place du parti unifié. Telle est la recommandation du Bureau politique du RDR qui s’est réuni ce lundi.

Le Rassemblement des républicains (RDR) et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) parviendront-ils à s’entendre enfin pour aller au parti unifié avant la présidentielle de 2020 ? Cette interrogation taraude d’autant plus les esprits que les deux locomotives de la coalition au pouvoir peinent, jusque-là, à s’accorder sur ce projet politique. Alors que le parti d’Henri Konan Bédié a décidé, lors de son Bureau politique du 17 juin dernier, de reporter la question du parti unifié après l’alternance en 2020, la formation politique d’Alassane Ouattara continue de maintenir la pression.

Ainsi, les dignitaires du RDR se sont réunis en Bureau politique à la rue Lepic, ce lundi 9 juillet 2018. Au terme de cette réunion, le parti présidentiel a donné quitus à son président d’honneur, le président Ouattara, pour accélérer le processus de fusion des partis signataires du manifeste du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), et ce, avant la présidentielle de 2020. Le leader des républicains pourrait d’ailleurs prendre la présidence de cette coalition en lieu et place de Bédié.

À cet effet, la composition du nouveau gouvernement ivoirien pourrait être symptomatique de la volonté du chef de l’État de se passer des alliés qui traînent encore les pas pour adhérer à la nouvelle entité. Si l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), le Mouvement des forces d’avenir (MFA), le Parti ivoirien des travailleurs (PIT) et le Rassemblement des républicains (RDR) se sont d’ores et déjà exprimés en faveur du parti unifié, ce n’est pas le cas pour l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI) qui a marqué son refus catégorique à ce projet. Ce parti connaît d’ailleurs une dissidence qui veut déposer le président, Me Soro Brahima, et adhérer au parti unifié. Quant au PDCI, le courant « Sur les traces d’Houphouët-Boigny » créé par le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, favorable au parti unifié, pourra assurément faire partie de l’équipe gouvernementale.

Notons que la question de l’alternance 2020 en faveur d’un militant actif du PDCI lors de la prochaine présidentielle constitue, jusqu’ici, la pomme de discorde entre les présidents Ouattara et Bédié. Pourront-ils accorder leurs violons pour aller en rang serré lors de ces joutes électorales ? Bien malin qui pourrait y répondre maintenant.

 

afrique-sur7.fr

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment