05242019Headline:

Abidjan: Quand Adama Bictogo réclame justice pour Désiré Tagro, cela rattrape Soro Guillaume.

Le torchon qui brûle en Côte d’Ivoire entre Soro Guillaume et Adama Bictogo pourrait embraser la demeure RDR. Désiré Tagro, tué à la chute du régime de Laurent Gbagbo par des soldats de Guillaume Soro, est le dernier dossier sorti par les proches du Président Alassane Ouattara pour envoyer l’ex-chef rebelle devant la justice.

On se souvient encore de la mort tragique de Désiré Tagro qui avait reçu une balle dans la bouche et qui n’a pas survécu aux douleurs de la grave blessure de sa mâchoire totalement détruite par ce coup de feu. Dans le véhicule qui l’éloignait de la résidence présidentielle où il était retranché avec l’ancien Président Laurent Gbagbo, ce défunt ministre expliquait avec peine s’être fait tirer dans la bouche par un soldat pro- Soro Guillaume.

Des années sont passées et l’ancien chef rebelle qui était devenu Premier ministre d’ Alassane Ouattara est aujourd’hui Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Sans s’être expliqué devant la justice pour ces faits, il se présente aujourd’hui en chantre de la réconciliation et la paix entre Ivoiriens. Mais pour Adama Bictogo contre qui il est engagé dans un duel à distance, il est temps que Soro Guillaume s’explique devant la justice pour l’assassinat de Désiré Tagro, plus qu’un ami personnel, son « frère ».

Quand Adama Bictogo réclame justice pour Désiré Tagro

Selon l’ivoirien Gilles Christ Djedje sur son mur Facebook, le ministre Adama Bictogo, le plus prospère des hommes d’affaires du moment, aurait menacé le camp Soro Guillaume en disant :”Je ne ferai pas comme lui (Guillaume Soro, ndlr). Je suis un homme d’affaires prospère. Je n’ai aucunement du sang sur la main… Ils ont tué mon ami et FRÈRE Tagro Désiré, nous avons tous entendu les audios. Nous croyons en la justice et pensons qu’il est temps pour elle de s’autosaisir desdits événements. Je le répète ils sont très petits dans la tête. Et chacun assumera…”

Ce propos qu’aurait tenu le ministre fait référence à la conversation téléphonique interceptée par les autorités burkinabés dans laquelle un homme présenté comme étant Soro Guillaume, assumait avoir fait assassiner Désiré Tagro pour offrir la paix au nouveau régime du Président Alassane Ouattara.

Ces propos semblent rattraper leur auteur à la faveur de la crise née des sorties publiques entre Adama Bictogo et Soro Guillaume. Le premier disait du deuxième face à la presse qu’il ne peut renier le RHDP et continuer de jouir de ses privilèges. Pour lui, le congrès constitutif du parti d’Alassane Ouattara qui se tiendra ce mois de janvier sera l’occasion pour l’ancien patron des Forces Nouvelles de se déterminer. Et si toutefois Soro Guillaume venait à confirmer sa non-appartenance au RHDP, alors il devra en tirer toutes les conséquences en démissionnant du poste de Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire où l’a propulsé le pouvoir actuel.

La réponse de Guillaume Soro à Adama Bictogo
Répondant à Adama Bictogo, Guillaume Soro avait lancé que les temps avaient bien changé et que désormais « même des gringalets » pouvaient parler de lui. C’est cette sortie insultante qui aurait amené le ministre à remettre l’affaire du décès de son ami Désiré Tagro sur le tapis.

Le problème avec cette façon de faire, c’est que cet ancien ministre de Laurent Gbagbo est décédé depuis 2011 et que son cas n’a jamais semblé préoccuper personne malgré l’existence des écoutes téléphoniques interceptées lors du coup d’État de la transition. Maintenant que des dissensions profondes sont apparues entre alliés et complices d’hier, le nom de Désiré Tagro est brandi pour servir d’ élément de règlement de compte. Nul doute que l’utilisation de cette affaire pour envoyer au trou Soro Guillaume va confirmer pour certains le soupçon d’une justice aux ordres en Côte d’Ivoire. Cela dit, le ministre Désiré Tagro, assassiné presque en direct de la télévision, mérite justice.

BICTOGO passe à la vitesse supérieure.
IL ACCUSE ET MENACE : ILS ONT TUÉ MON AMI ET FRÈRE TAGRO
“Je ne ferai pas comme lui. Je suis un homme d’affaires prospère. Je n’ai aucunement du sang sur la main…
Ils ont tué mon ami et FRÈRE Tagro Désiré, nous avons tous entendu les audios. Nous croyons en la justice et pensons qu’il est temps pour elle de s’auto-saisir desdits événements.
Je le répète ils sont très petits dans la tête. Et chacun assumera…”
ADAMA BICTOGO

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment