12112018Headline:

Abidjan: Révélations d’Alcide Djédjé sur ses relations avec Gbagbo, après avoir créé Concorde.

Lors de la présentation officielle de Concorde, son parti politique, Alcide Djédjé a tenu à faire des précisions sur ses relations avec Laurent Gbagbo. Cet exercice était d’autant plus nécessaire que l’ancien ministre des Affaires étrangères était accusé de traitrise. Le paysage politique ivoirien vient de s’enrichir d’un nouveau parti. Il s’agit de Congrès pour la consolidation de la République et le développement (CONCORDE) créé par Alcide Djédjé, l’ancien chef de la diplomatie ivoirienne sous la gouvernance de Laurent Gbagbo. Du fait de son adhésion au Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Parti unifié, le diplomate ivoirien est accusé d’avoir trahi l’ancien président ivoirien.

Mais rejetant en bloc ces accusations, le Président-fondateur de Concorde a tenu non seulement à donner les motivations de la création de son parti, mais surtout à s’adresser directement à Laurent Gbagbo avec qui il dit avoir des liens très étroits.

« Grand frère, laisse-moi parler un peu de nous », a-t-il demandé la permission au président Gbagbo, avant d’ajouter : « Entre Gbagbo et moi, il n’y a jamais de traîtrise. On sait d’où on vient. Je suis ici avec tous ceux qui lui sont chers, avec qui je suis associé dans les affaires. La maman de Laurent Gbagbo est morte dans mes bras pour ceux qui ne le savent pas. Ceux qui ne connaissent pas Gbagbo et moi-même, qui sont sur les réseaux sociaux, qui racontent des contrevérités peuvent raconter ce qu’ils veulent. Quand j’étais à l’ambassade de France pour négocier le cessez-le-feu, Dogbo Blé m’a appelé pour dire qu’on doit cesser les combats. Ceux qui avaient des positions de radicalité ont pris le dessus. Mais moi, je connais la position de Gbagbo et lui la mienne. Maintenant que tout le monde est sorti de prison, je peux passer à autre chose. »

« La position que je prends aujourd’hui était la même position que celle de Gbagbo en 2011. Gbagbo m’a dit qu’il allait retourner à Mama et que les autres devraient créer un gouvernement d’union. Et ceux qui ne voulaient pas que Gbagbo retourne à Mama ont pris le dessus. C’est la même position de Gbagbo que je continue d’avoir et tout le gouvernement Aké N’Gbo à l’époque avait cette position, seulement, des militants très puissants n’avaient pas cette position », a-t-il déclaré.

Poursuivant, il déplore le fait que Laurent Gbagbo soit en prison à La Haye et non dans son village comme il le prévoyait : « Aujourd’hui Gbagbo porte le chapeau de ceux qui avaient la position de raideur qui ne voulaient pas les décisions de l’Union africaine. Gbagbo s’est sacrifié pour tout le monde et je lui rends hommage pour cela. Le connaissant, je sais qu’il serait allé à Mama et non à la CPI. »

Puis, il indique en guise de conclusion : « Ceux qui croient qu’en sortant tu vas venir jouer un match retour se trompent. Car il n’y aura pas de match retour avec toi, je le sais. »

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment