01192019Headline:

Abidjan: Simone Gbagbo soutient l’APDH pour parler de paix et de réconciliation en Côte d’Ivoire.

Simone Gbagbo aux côtés de l’APDH pour parler de paix et de réconciliation
L’Action pour la protection des Droits de l’Homme (APDH) a présenté ce jeudi 10 janvier 2019 à Cocody son rapport d’évaluation du processus de réconciliation nationale dont le théme est: «Côte d’Ivoire, Réconciliation nationale: Où en sommes-nous?».

La présentation des résultats de l’étude sur la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire, menée par l’APDH en collaboration avec la Fondation allemande Konrad Adenauer Stiftung (KAS), a eu lieu ce jeudi en présence de nombreuses autorités politiques dont l’ancienne Première dame, Simone Gbagbo, le professeur Sébastien Danon Djédjé et l’honorable Koné Téfhour, représentant le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. Selon Dr Arsène Nene Bi, Président de l’APDH, la réconciliation des Ivoiriens avec les Ivoiriens, est bien possible. «La soif de paix s’exprime tous les jours par le peuple ivoirien. La réussite sera au rendez-vous lorsque les acteurs impliqués conviendront avec foi et sincerité que dans chaque obstacle qui survient, il existe une oportunité pour aller de l’avant», a-t-il déclaré.

Le juriste a fait savoir que les résultats de l’étude d’évaluation du processus de réconciliation nationale, menée en interrogeant les populations aux fins de recueillir leur perception dudit processus, n’ont nullement la prétention d’offrir des solutions magiques. Elles tendent simplement à contribuer au renouveau en suscitant le débat autour de l’épineuse question du processus de réconciliation nationale. «L’APDH est donc disposée à accompagner le pays jusqu’à la fin du processus de réconciliation souverainement décidé par le peuple de Côte d’Ivoire», a inisté Dr Arsène Nene Bi.

Pour Florian Karner, Représentant résident de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung, cette initiative se veut une contribution à la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire et doit être perçue comme la volonté ou l’offre de l’acteur extérieur, KAS, d’aider un partenaire à se remettre d’une crise qui a divisé le pays. «La Konrad Adenauer Stiftung/ KAS entend à travers ce soutien, fournir une assistance aux autorités ivoirinnes et à toutes les composantes de la société à aller de l’avant dans la quête de la cohésion sociale et du vivre ensemble recherché par tous», a expliqué Florian Karner. Quant-à Simone Gbagbo, elle a insisté sur la necessité d’avoir une justice «vraiment juste» en Côte d’Ivoire afin d’éviter les frustractions sociales.

David YALA

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment