11182018Headline:

Abidjan: Un problème dans le communiqué du RDR relatif au décès d’ Aboudramane Sangaré.

Le Rassemblement des Républicains (RDR) a diffusé un communiqué suite au décès d’ Aboudramane Sangaré, le président intérimaire du FPI. Le parti politique d’ Alassane Ouattara s’est montré alexithymique dans sa note relative à cette disparition brutale d’un homme qui aura pourtant marqué la vie politique en Côte d’Ivoire. Critique…

Le RDR a comme il fallait s’y attendre réagi au décès du Professeur Aboudramane Sangaré, ancien Ministre d’État, ministre des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire, inspecteur Général d’État et Président intérimaire du Front Populaire Ivoirien, une des trois plus grandes forces politique de Côte d’Ivoire avec le PDCI et le RHDP.

Cet illustre disparu est surtout une des personnalités centrales de l’opposition ivoirienne, dont il était en réalité le chef de file ces dernières années. Aboudramane Sangaré a été le fidèle compagnon de Laurent Gbagbo dans la lutte pour le pluralisme politique en Côte d’Ivoire, un mérite que fait mine d’ignorer le communiqué des Républicains.

La mort de cet homme de conviction et aussi adversaire plus que redoutable des différents régimes auxquels s’est retrouvé opposé le FPI, sa formation politique, n’a pas semblé susciter d’émotion particulière chez ses derniers adversaires, les Républicains, qui se comportent dans leur publication comme si la réaction qu’ils donnent leur avait été extorquée.

« Le Rassemblement Des Républicains (RDR) a appris ce samedi 3 novembre 2018, le décès de Monsieur Abou Drahamane Sangaré, ancien Président d’institution, ancien Ministre d’État et homme politique.

En cette douloureuse circonstance, le RDR adresse ses condoléances les plus attristées à ses familles biologique et politique.», fin de citation de ce communiqué très fade, dépourvu de considération ou d’émotion sincère. Ici, le RDR semble nier à Aboudramane Sangaré toutes les luttes auxquelles il a pris part et qui ont permis sa propre création par Georges Djéni Kobina Kouamé en 1994.

Le parti du président Alassane Ouattara, dans son communiqué signé de Kandia Camara, sa secrétaire générale, montre une certaine indifférence pour l’homme puisqu’aucune élévation du regretté n’est notée entre ses lignes. Pas de « Grand Homme politique » ni « Serviteur de l’État » ou même « Homme de conviction », «combattant de la Démocratie et des Libertés individuelles », voir « Adversaire coriace » ne figure dans sa note, un peu comme si Aboudramane Sangaré n’avait fait preuve d’aucune de ces valeurs en Côte d’Ivoire.

En somme, une réaction pas vraiment fair-play puisque le deuil, dans la société africaine, est une occasion pour toutes les parties de se rapprocher, ne serait-ce que pour un temps.

 

lebabi.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment