05222018Headline:

Abidjan: Université Alassane Ouattara, Plusieurs blessés dans un affrontement entre étudiants

Les responsables de sections du CEECI réclament un partage correct du fond mis à la disposition de leur structure par le CROU.

Université Alassane Ouattara à Bouaké : Plusieurs blessés dans un affrontement entre étudiants

Les membres du Comité des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (CEECI) se sont livrés une bataille rangée, le lundi 9 avril 2018, dans Campus 1 et 2 de l’Université Alassane Ouattara (UAO) à Bouaké.

Le bilan de cet affrontement fait état de plusieurs blessés ainsi que des dégâts matériels considérables. Les responsables des sections du CEECI ont été bastonnés par les membres du bureau nation de cette structure estudiantine à cause «d’un fond octroyé au bureau national du CEECI par le Centre régional des œuvres universitaire (Crou) qui est mal reparti», a-t-on appris.

«Le Centre régional des œuvres universitaires (Crou) de Bouaké donne un fond au bureau national du CEECI afin de protéger ses installations sur les campus et dissuader les étudiants contre toutes grèves à l’UAO », nous a confié PM, responsable d’une section CEECI au campus 2 de l’UAO à Bouaké en sang. Poursuivant, il a souligné que les responsables de sections qui ignoraient tout de cette affaire ont dénoncé cette situation sur les réseaux sociaux, ainsi que les conditions de vie de leurs camarades.

Selon PM, c’est ce qui n’a pas plu aux responsables du CROU qui ont informé le bureau national pour demander des explications. « C’est ainsi que le président du CEECI, Traoré Karamoko alias TK et quelques-uns de ses amis sont venus nous attaquer », s’est-il insurgé.

Machette, gourdin contre jets de pierres, les adversaires du jour se sont livrés un combat. Ainsi plus d’une dizaine d’étudiants membres de la même fraction ont été blessés, des véhicules et des motos saccagés, des vitres de bureaux ont volé en éclats… Les responsables de sections du CEECI réclament un partage correct du fond mis à la disposition de leur structure par le CROU.

Notons que le calme est revenu dans l’après-midi sur les deux campus grâce à l’intervention des forces de l’ordre qui ont dispersé les étudiants avec l’usage de gaz lacrymogène. Selon une source policière, plus d’une dizaine d’étudiants auraient été arrêtés.

Notre tentative de joindre Traoré Karamoko alias TK, secrétaire général du CEECI pour sa version des faits s’est avérée vaine. Cette situation entre les étudiants d’une même fraction laisse entrevoir des lendemains encore houleux à l’université Alassane Ouattara à Bouaké.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment