05262019Headline:

Abidjan: Voici ce sur quoi portera le discours du président Alassane Ouattara.

Comme tous les dirigeants du monde, le Président Ivoirien délivrera son message de nouvel an

Ce lundi 31 décembre, Alassane Ouattara s’adressera à la Nation. Comme d’habitude, il va partager ses espoirs de l’année qui s’annonce. Et il va parcourir, avec les Ivoiriens, l’année qui vient de s’écouler.

En début d’année, Alassane Ouattara avait fait le constat que 2017 s’était terminée « sous de bons auspices » et que 2018 annonçait « beaucoup d’espoirs ». La présidence, par la Côte d’Ivoire, du Conseil de sécurité de l’Onu, au cours du mois de décembre, lui donne raison.

Cette présidence vient illustrer de fort belle manière l’image rayonnante d’une Côte d’Ivoire qui reprend fièrement sa place dans l’orbite des Nations de paix. Rien n’était pourtant acquis. 2017 avait été marquée d’une double teinte. La bonne note avait été l’achèvement de la mise en place des institutions issues de la IIIe république.Les mutineries et autres revendications sociales constituèrent la mauvaise note. Il aura fallu les efforts de dialogue consentis par le gouvernement et les acteurs sociaux, soldés par une trêve de cinq ans, pour que 2018 présente un front social docile.

Le gouvernement, dans le budget 2018, prévoit de payer la deuxième tranche du stock des arriérés d’avancement des fonctionnaires. Ce qui devrait être un soulagement pour les centrales syndicales. La mise en œuvre de la loi de programmation militaire a, elle, permis l’amélioration des conditions de vie des Forces armées, la restauration de la discipline au sein de l’Armée, sa modernisation et sa transformation en une Armée véritablement républicaine, c’est-à-dire, réconciliée dans ses différentes composantes. Cette fois-ci, c’est le front politique qui s’est quelque peu enrhumé en 2018.

Les régionales et municipales couplées d’octobre sont apparues, aux yeux des partis politiques, comme une mise au vert avant le grand match électoral de 2020. Des tensions sont survenues entre chapelle politiques, accentuées par la sortie du Pdci-Rda de la majorité présidentielle, le rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp).

Attaché à la stabilité, le président ivoirien, résolu à maintenir le cap de l’émergence économique, s’évertuera dans son message du lundi soir, à renouveler son plaidoyer pour le dialogue permanent. Car ce qui est en cause, c’est moins, les élections en soi, que les passions qu’elles charrient.

Sur le plan économique, la chute brutale de plus de 40% des cours mondiaux du cacao avait contraint Alassane Ouattara à des décisions « douloureuses», fin 2017. Le gouvernement avait dû prendre des mesures pour rendre la filière plus résistante à de tels chocs. 2018 n’a pas connu un tel cataclysme. Les producteurs ont même gagné 50 FCfa sur le kilogramme bords champ.

Le numéro un mondial du cacao et son voisin ghanéen ont même trouvé en 2018, un modus operandi pour harmoniser leurs prix bords champs. Mais au-delà de la filière cacao, c’est toute l’économie que le gouvernement s’attèle à rendre plus solide et plus résiliente. Et les résultats sont éloquents. Après un taux de croissance moyen annuel de 9% sur la période 2012-2016, la croissance économique devrait se situer autour du taux très appréciable de 8%, en 2018, soit comme en 2017.

Une performance qui permet de résorber la dette intérieure, en particulier, vis-à-vis des pme. La loi des finances, votée, annonce plus de 1062 milliards de FCfa pour éponger cette dette intérieure. Avec un budget inédit de 7334.34 milliards de FCfa, le gouvernement Amadou gon Coulibaly prévoit également d’élargir l’assiette de l’investissement jusqu’à 2000 milliards de Fcfa.

Autant dire que la transformation structurelle de l’économie ivoirienne devrait se poursuivre en 2019, à travers l’intensification du programme de réhabilitation, de construction et d’équipements dans les secteurs des routes, du transport, de l’énergie et de l’eau potable.

A Abidjan, la Sotra maintiendra son rythme de réceptionner 500 autobus par an, tandis que se poursuivront les chantiers du 4epont, les travaux d’échangeurs et des lignes du métro. L’intérieur du pays enregistre également plusieurs plateformes de ponts et d’autoroutes en construction.

On entend le Chef de l’Etat ivoirien réaffirmer fortement que la Côte d’Ivoire est «en marche vers son destin» de pays de progrès. Et il devrait assumer sa politique sociale hardie. Notamment les investissements dans l’auto-emploi pour des centaines de milliers de jeunes et dans le fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (Fafci).

Le montant de 10 milliards du Fafci est destiné à progresser. Au cœur des priorités, la redistribution des fruits de la croissance.

Abidjan.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment