03232017Headline:

Abidjan/Assainissement : Adjamé-Liberté change de visage-Decouvrez

adjame liberte

adjame liberte1

Plus de vendeuses et commerçants installés à même la chaussée, plus de trottoirs encombrés de tables et autres installations anarchiques. Adjamé-Liberté est en train d’opérer sa mue. Au rond-point, du sable est déversé par des camions-bennes sur l’espace qui abritait par le passé le buste du premier président ivoirien Félix Houphouët-Boigny. Des bulldozers sont à l’œuvre pour remblayer la surface.

Des travaux d’embellissement en cours

En bordure de la voie qui longe la cité des 220 logements, certains ouvriers s’attèlent à assainir l’espace et à le niveler à l’aide de pelles, râteaux et de brouettes. D’autres peignent les blocs de bétons et bordures de bitume du rond-point. L’objectif est de rendre le cadre plus présentable pour la cérémonie de lancement effectif de la semaine nationale de la propreté prévue le jeudi 4 août. Cette cérémonie verra la présence de la ministre de la salubrité urbaine et de l’hygiène publique, Anne Ouloto et de plusieurs personnalités du pays.

« C’est un symbole de réaliser cette cérémonie ici à Adjamé et surtout au rond-point de la liberté car on le sait, c’était un lieu très insalubre où régnait le désordre absolu », explique Ouattara Sona, coordonnateur des travaux. Cette démarche vise donc à signifier à tous que le ministère est déterminé à assainir les différentes communes du pays, notamment celles d’Abidjan.

Au-delà de cette cérémonie, des espaces verts seront réalisés de part et d’autre des différentes voies (liberté-Renault, liberté-fraternité matin ou celle menant à williamsville) ainsi qu’au rond-point.

Populations et commerçants divisés

A l’état actuel des choses, les riverains se réjouissent de l’action du gouvernement. « Le nouveau visage de la liberté est un peu plus reluisant et sécurisant. C’est une chose à saluer », apprécie Angbo Jonas, cadre dans une structure de la place, de passage à Adjamé.

Mme Yao Rachelle, agent des Impôts, ne dit pas le contraire. « Autrefois, ce tronçon était impraticable surtout pour nous les piétons. Avec ces travaux, la situation s’est améliorée et on est content de cela », s’est-elle exprimée. Cependant, elle souhaite une continuation des actions d’assainissement à travers des mesures de suivi pour conserver les lieux propres après les réalisations engagées.

Les populations apprécient donc le nouveau visage de la liberté et l’aisance avec laquelle ils y circulent. Ils saluent en outre la fluidité à ce niveau. Il y a quelques jours, le tronçon liberté-Renault était un véritable casse-tête pour les usagers. A partir de 16 h, on y observait des embouteillages monstres. Dorénavant, les véhicules circulent aisément même aux heures de grande affluence.

Chez les commerçants, c’est la désolation qui prévaut. Ils ont vu leurs magasins détruits et leurs marchandises confisquées. La section locale et les responsables nationaux de la Fédération nationale des commerçants de Côte d’Ivoire (FENACCI) font mains et pieds pour récupérer les biens de leurs adhérents.

Le Secrétaire générale de la section d’Adjamé-220 logements, Diakité Fousseny, a confié à Abidjan911 que les négociations sont en cours avec le ministère pour la restitution des biens des commerçants. « Le ministère nous a donné la certitude de répondre à notre doléance après la fête de l’indépendance prévue le 7 août prochain », confie-t-il.

« Les négociations avec le cabinet d’Anne Ouloto portent aussi sur la solution de réinstallation des commerçants », poursuit-il. Ceux-ci souhaitent, en effet, être réinstallés dans les environs de l’ex-cinema Liberté, qui a donné son nom au lieu, en garantissant une meilleure organisation de leur part pour maintenir l’ordre et assainir les lieux.

« Qui peut nettoyer la maison de quelqu’un mieux que lui-même ? », interroge le secrétaire du bureau local de la FENACCI. Pour lui, l’idéal serait de permettre aux commerçants de revenir en les aidants à assainir l’espace car si cela n’est fait, les jeunes qui gagnaient leur pain sur place pourraient se reconvertir en bandits de grands chemins. Une situation qui viendrait ainsi augmenter le taux d’insécurité dans la ville d’Abidjan déjà gangrenée par le phénomène des microbes.

Les opérations de démantèlement des installations anarchiques devraient se poursuivre dans tout le district d’Abidjan afin de permettre à la «Perle des lagunes » de retrouver son lustre d’antan. Cependant, ce vent de changement ne doit pas également épargner les autres villes du pays.

Privat Gbadier/ aip

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment