08192017Headline:

Abobo : Diallo Issa Un faux Colonel de l’Armée arrêté/Ses « djinns (fétiches) » l’ont lâché

Ses « djinns (fétiches) » l’ont lâché. C’est le moins qu’on puisse dire de Diallo Issa, âgé de 32 ans, domicilié dans la commune d’Abobo, se disant voyant-guérisseur.

Il vient de faire l’amer constat du fruit du mensonge. Le mensonge, comme le disait Pierre Boisjoli, « est une arme à deux tranchants Ilsemble une réponse adéquate à la viabilité à court terme, sans penser qu’on devra, un jour, faire face à l’illogisme de son existence et auxtourments de sa conscience ».  Et voilà que notre Diallo va l’apprendre à ses dépens. Lui qui, dans son patelin à Abobo, avec ses plantes et autres mixtures, entubait les honnêtes citoyens, en leur promettant guérison, fortune…. Des rêves qu’il vendait contre des espèces sonnantes et trébuchantes. Mais voilà que Diallo ne souhaite plus se contenter de cette activité peu lucrative, à son sens. Il veut élargir son champ d’action, et il rêve grand.

Et cette fois, c’est le titre de Colonel de l’Armée dont il se barde. L’objectif à court terme, c’est de s’adonner, avec cette fausse qualité professionnelle, à du trafic d’influence, pour mieux gruger. Pour bien faire les choses, il se tape une belle tenue militaire, qui va avec son titre. Et là, le désormais « galonné » fait feu de tout bois, en abusant et en escroquant à tout vent. N’est-ce pas qu’avec son « titre », il peut décanter n’importe quelle situation pour qui le veut ?

Pourvu seulement de délier la bourse. Malheureusement pour notre officier, la supercherie est découverte. Les éléments du District de police d’Abobo mettent alors en place une stratégie, pour coincer leur faux supérieur hiérarchique. Et cela est fait quand, le vendredi 16 juin 2017, peu après 20h, l’homme est interpellé, au Plateau-Dokui. Il était sanglé dans une tenue militaire, avec des épaulettes de Colonel. Le « haut gradé » revenait certainement d’une grosse piperie, digne des grands. V.I. (vendeurs d’illusions). Conduit au poste de police, et soumis à un petit interrogatoire, l’homme avoue n’être effectivement pas militaire, mais plutôt voyant-guérisseur. Mais là aussi, doit-on accorder du crédit à sa puissance occulte ? Lui le grand « voyant » qui n’a pas été capable de voir venir son arrestation. Diallo Issa est, en tout cas, mis à la disposition de la préfecture de police, pour continuation d’enquête.

Jean-François YAPI

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment