10222018Headline:

Abobo: Quand Franklin NYAMSI charge Hamed Bakayoko, voilà ce que sa donne.

En vacances aux USA, les oreilles d’ Hamed Bakayoko sifflent probablement à cause de sa candidature à la mairie d’Abobo. Le ministre de la Défense de Côte d’Ivoire fait l’objet d’une série d’attaques de Franklin NYAMSI, conseiller et ami de Guillaume Soro, pour sa candidature à la mairie d’Abobo.

Hamed Bakayoko compte bien participer à l’élection municipale dans la commune d’Abobo où il fait face à Tehfour Koné, un militant de son parti politique le RDR. Avec le retrait annoncé de l’actuel maire Adama Toungara à la fin de son mandat, le parti du Président Alassane Ouattara, pour éviter de perdre cette commune, a décidé d’y « parachuter » le ministre d’État, ministre de la Défense, un des poids lourds du RDR.

Cette décision ne plait pas aux proches de Guillaume Soro qui voyaient déjà leur ami Koné Tehfour succéder à l’actuel maire. Selon eux, Hamed Bakayoko est déjà bien occupé avec ses fonctions de ministre de la Défense et c’est cet angle de tir qu’a choisi Franklin NYAMSI pour torpiller la candidature de ce haut cadre du RDR.

Franklin NYAMSI a confié sur Twitter : « Je l’ai dit et je le répète : Abobo a vraiment besoin d’un maire à plein temps et non d’un intermittent communal. La Défense occupe suffisamment Hambak. Tehfour aime, connaît et servira pleinement Abobo! Trêve d’ubiquité politique imaginaire! »

Et le conseiller du Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire de poursuivre dans une série de Tweets : « Un ministre d’État chargé de La Défense peut-il être efficacement en même temps Le maire d’une commune de près de 2 millions d’habitants ? Non, Hambak au ministère, Abobo Pour Tehfour! » « La boulimie des postes politiques est Le signe de la dispersion des énergies et des compétences : halte aux cumulards de nos Républiques d’Afrique! »

Même s’il donne l’impression de pisser dans un violon, du fait du zéro impact de ses réprobations sur Hamed Bakayoko, Franklin NYAMSI se montre plus saignant en interrogeant : « Comment peut-on prétendre combattre l’injustice en prônant par ailleurs Le parachutage des élites au mépris de la démocratie locale dans les partis et dans le pays? C’est une incongruité béante ! »

Il note également que : « Le parachutage politique, c’est Le mépris des électeurs et La haine de la démocratie. Le parachuté politique est toujours un imposteur; Le parachutiste militaire, pas toujours. »

Le clin d’oeil du « parachutiste militaire » est une réponse à la réplique d’ Hamed Bakayoko aux insinuations sur le choix de sa candidature dans cette commune d’Abobo où il n’a jamais résidé. Il avait répondu que dans l’armée, les soldats n’étaient parachutés dans un lieu que lorsque c’est nécessaire, à la limite de l’urgence.

Franklin NYAMSI poursuit ses diatribes contre Hambak en rajoutant : « Bien sûr certains, en Afrique, font des élections, l’occasion d’acheter les citoyens fragiles avec l’argent qu’on leur a bien souvent extorqué auparavant par la corruption d’État. Sorcellerie électoraliste! Mais on ne change pas la vie des gens en les gavant pendant 3 mois de campagne, pour ensuite les abandonner pendant 5 ans de souffrances ! L’élection municipale, l’élection démocratique en général doit être La confrontation des projets, des degrés d’engagement des candidats et de la crédibilité de leurs équipes annoncées, au regard des expériences précédentes et du panache ! « Si quelqu’un vous dit, “je suis Ministre d’Etat de mon pays et maire d’une commune de mon pays”, sachez qu’il n’est réellement ni l’un , ni l’autre. C’est du dilettantisme ! »

Et pourtant Franklin NYAMSI ne déteste pas Hamed Bakayoko
Après s’être livré à ce « lynchage » d’Hamed Bakayoko, Franklin NYAMSI se défend de le détester à la fin de sa “critique” : « Qu’on ne confonde pas comme d’habitude, critique et injure. Je conteste les cumulards politiques, je ne déteste pas leurs personnes privées, dont je n’ai rien à faire. »

Le ministre de la Défense de Côte d’Ivoire qui ne répond pas aux attaques du conseiller de Guillaume Soro continue d’ignorer ses tweets pourtant de plus en plus salés.

Il faut noter que le ministre Hamed Bakayoko a récemment obtenu le soutien de OUATTARA IBRAHIM, un ancien candidat aux élections municipales à Abobo qui s’est désisté en sa faveur.

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment