05162022Headline:

Actualité ivoirienne: la chronique de Fernand Dédeh

À Barthelemy Zouzoua Inabo: Dieu éprouve toujours ses enfants pour ensuite les élever. Exemple concret, les Eléphants de Côte d’Ivoire. Le dimanche 16 janvier 2022, les Ivoiriens sont sortis du stade Japoma de Douala avec des mines d’enterrement. Grosse colère aussi. 72 h plus tard, ils y retournent, pour un match, qui est finalement de prestige. Qualification pour les huitièmes de finale en poche.
Conférence de presse avant-match, ce mercredi 19 janvier 2022 au stade Japoma. La tension est palpable. Les journalistes algériens sont nombreux et occupent les premières places. Certains d’entre-eux poussent l’entraîneur de l’équipe nationale de l’Algérie, Djamel Belmadi à répéter ses propos sur la qualité de la pelouse. Le technicien algérien ne veut plus nourrir la polémique. « Je veux rester dans le domaine technique. C’est là que nous allons gagner les matches. ». Les esprits s’échauffent. Les journalistes camerounais n’apprécient pas la propension dès Algériens à dénigrer et critiquer la pelouse du stade Japoma. « Les Ivoiriens m’énervent. Ils vont nous empêcher de croiser les Fennecs. Et là, les Lions Indomptables allaient les écraser et les vider du Cameroun. », piaffe un journaliste camerounais.
À ce moment précis, les calculs de pronostic battent leur plein. Les entraîneurs des deux équipes nationales viennent d’achever leurs tours de table. Chacun, accompagné du capitaine de la sélection nationale. Cris de ralliement de part et d’autre: « victoire à tout prix. ». Le capitaine de l’équipe ivoirienne: « Max Gradel: « Je n’aime pas pas parler de revanche. Mais c’est clair que nous devons gagner ». L’entraîneur de l’équipe Algérienne, Djamel Belmadi: « C’est un match que nous devons absolument gagner pour exister dans la compétition. ».
Côte d’Ivoire-Algérie, une finale de coupe d’Afrique qui arrive un peu plus tôt, en phase de poule. Les Eléphants comptent quatre points, les Fennecs, seulement un point. Mais l’issue du match peut tout changer pour l’une ou l’autre équipe.
Sauf que dans la soirée, il y a eu les matches de la poule D. Nigeria-Guinée Bissau et Egypte-Soudan. Ces deux matches ont des effets collatéraux importants sur les autres poules. Le Nigeria fait du 100% en battant son adversaire par deux à zéro. Et l’Egypte acquiert son ticket pour les huitièmes de finale face au Soudan (1-0). Du coup, le équipes qui ont déjà quatre points sont assurées de jouer le tour suivant. Cas de la Côte d’Ivoire. Cas aussi aussi du Mali. Et on l’a appris plus tard, cas de la Gambie.
Pour la Côte d’Ivoire, le challenge est maintenant, la place dans le groupe E. Battre l’Algérie et occuper la première place, choisir son adversaire des huitièmes de finale et le stade, désormais l’enjeu du match. L’Algérie de son côté, n’a pas d’autres choix. Ryad Marhez: « La pression, on l’a toujours. On vit avec. Encore aujourd’hui, où il faut absolument gagner. De la responsabilité, oui, depuis 2016, j’ai la responsabilité, il faut savoir la gérer. On a toujours su jouer avec la pression. Il faut savoir la gérer. Les quatre équipes peuvent encore se qualifier. Matches ouverts. Que le meilleur gagne. ». L’entraîneur, les joueurs, les supporters ont la pression. Le champion en titre est en danger. Tomber au premier tour? La crise n’est pas loin. Bataille de prestige et de suprématie dans la poule D. Pour la Côte d’Ivoire et pour l’Algérie. Tout l’intérêt de ce match entre deux pays qui se connaissent et se respectent. Deux équipes nationales qui se croisent régulièrement en coupe d’Afrique des nations.
« Après avoir assisté à l’entraînement, je suis confiante », révèle une supportrice maso des Eléphants. Patrice Beaumelle a en effet retrouvé tout son monde. Eric Bailly et Wilfred Zaha, blessés lors du match contre la Sierra-Leone réagissent bien. Seront-ils prêts pour le combat? Tout dépend à la fois des médecins et de l’entraîneur. Le gardien Sidi Badra, entouré par les dirigeants du comité de normalisation et de tous ses partenaires après la terrible nouvelle du décès de son géniteur, s’est entraîné normalement, la veille du match. Pas de cas Covid19 notés dans le groupe. Patrice Beaumelle l’a dit: « Ce qui va être important, c’est la fraîcheur physique et mentale, la
la concentration ». La clé du match.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles