07212024Headline:

Affaire 3e mandat: dernière ligne droite pour l’opposition

Des candidats de l’opposition ont saisi le conseil constitutionnel pour qu’il déclare « inéligible » la candidature du président ivoirien, Alassane Ouattara.
L’opposition ivoirienne reste toujours droite dans ses bottes. Elle ne compte pas laisser passer la nouvelle candidature d’Alassane Ouattara à la présidentielle du 31 octobre 2020. Pour elle, c’est un coup de force constitutionnel. C’est dans cette logique que des leaders de l’opposition ont saisi le conseil constitutionnel afin qu’il déclare « anticonstitutionnelle », la nouvelle candidature du président sortant.

Le candidat du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, conteste devant l’institution, l’inéligibilité de la candidature du président, Alassane Ouattara. « Le candidat Alassane Ouattara ne peut prétexter d’une virginité de mandature lui permettant de briguer un troisième mandat (…) De toute évidence, il a poursuivi son deuxième mandat sous l’empire de la Constitution de 2016 », écrit Pascal Affi N’Guessan.

Le fils de Bouadikro n’est pas le seul à faire recours à l’institution compétente. « Ensemble pour la démocratie et la souveraineté » (EDS), la plateforme de soutien à Laurent Gbagbo a, elle aussi, introduit un recours au conseil constitutionnel. Dans sa requête, elle brandit des arguments à savoir la « continuité législative » énoncée dans l’article 183 de la Constitution de 2016. Une continuité avec les dispositions de la Constitution de 2000 qui déjà limitaient, à deux, le nombre de mandats.

Melv Sage

What Next?

Recent Articles