02032023Headline:

Affaire 49 soldats: Assalé Tiemoko, encense la master class d’Alassane Ouattara

Débauchage des élus indépendants en Côte-d'Ivoire: « Les conditions » d'Assalé  Tiémoko, maire élu de Tiassalé – ConnectionivoirienneLes crises révèlent deux types de dirigeants. Soit, des hommes d’Etat, soit de petits politiciens, de petits dirigeants.
La gestion de la crise entre le Mali et la Côte d’Ivoire au sujet de la prise en otage de 49 soldats Ivoiriens, a révélé le statut de grand homme d’Etat, du président ivoirien qui gouverne sans émotion, sans bavardage stérile et sans agitation.
Qu’on le veuille ou pas, la gestion de la crise créée par les autorités maliennes, sans doute la crise la plus grave et la plus longue à laquelle notre pays a eu à faire face avec un pays voisin, est un modèle qu’il faudra enseigner dans les écoles de sciences politiques.
L’honnêteté intellectuelle et le patriotisme non tropicalisé, commandent de reconnaître et de saluer cela.
On peut faire nos palabres politiciennes intérieures, détester ou aimer qui on veut, mais lorsque son pays est en conflit avec un autre pays, on se garde de toute attitude qui pourrait être interprétée comme une intelligence avec l’ennemi.
Aucun pays au monde, ne peut accepter l’intelligence de ses citoyens avec un pays “ennemi”.
Nous avons tous besoin d’éducation citoyenne pour comprendre certains enjeux.
Si cette crise entre la Côte d’Ivoire et le Mali avait débouché sur un affrontement armé, un Décret du Président aurait pu envoyer aux front, des Ivoiriens en âge de combattre.
Qu’on soit pro Ouattara, pro Bedie ou pro-Gbagbo, aucune distinction n’aurait été FAITE entre ceux qui prient au quotidien et depuis 13 ans pour que le président soit en bonne santé et ceux qui attendent chaque matin, depuis la même période, la nouvelle de la disparition du président. Le pays est au-dessus de nos petits calculs politiciens, propos du député Assalé Tiemoko, recueillis par AbidjanTv.net.
Melchisedeck

Comments

comments

What Next?

Recent Articles