11292022Headline:

Affaire Hamed Bakayoko impliqué dans un “trafic de drogue en Côte d’Ivoire”: des ONG demandent l’ouverture d’une enquête

Hamed Bakayoko, ministre de la Défense de Côte d’Ivoire, est accusé d’être impliqué dans un trafic de drogue. Des ONG demandent l’ouverture d’une enquête.

C’est lors d’une conférence de presse donnée le 12 juin 2020 que le Président de l’Alliance pour la Renaissance de la Côte d’Ivoire (ARCI), a pris la parole :

Nous, Citoyens de Côte d’Ivoire, avons appris il y a quelques jours la publication du rapport d’une enquête menée par deux journalistes d’investigation de renommée internationale, sur le trafic de drogue en Côte d’Ivoire.

Si, pour nous, la drogue constitue un grave danger pour nos populations et notre pays, il est encore plus grave que l’une de nos plus hautes autorités, en l’occurrence le ministre de la Défense, assurant l’intérim du premier ministre, Monsieur Hamed Bakayoko, soit accusé d’être le patron du cartel ivoirien et un pion central de ce trafic en Afrique de l’Ouest.

A cet effet, en se basant sur les statistiques des services spécialisés dans la lutte contre la drogue dans notre pays, il est indiscutable que ce phénomène a atteint des proportions graves et inimaginables.

En 2016, une étude de l’ONUDC (Office des Nations Unies contre les Drogues et le Crime) a établi que 12% de la population ivoirienne, dont l’âge varie entre 15 et 64 ans, consomment des drogues.
La tranche des 18-29 ans représente 43% des consommateurs et celle comprise entre 30-40 ans représente 30% des consommateurs.
A la suite d’une étude des données 2016 de la Direction de la Police des Stupéfiants et des Drogues (DPSD), on a pu constater que les personnes les plus touchées par la consommation de la drogue appartiennent à la tranche des 18-29 ans, représentant un taux de 66% des personnes déférées.

Le constat est donc clair : la drogue mine et détruit notre société à travers sa jeunesse.

Dans ce dossier, l’une de nos plus hautes autorités est accusée d’être mêlée à ce trafic de drogue international, au titre de Grand Patron, jetant ainsi le discrédit sur notre pays et ses dirigeants.

SUR LE MÊME SUJET : Drogue : Hamed Bakayoko va-t-il attaquer Vice en justice ?

Tenant compte du fait que notre pays s’est, semble t-il, engagé depuis un certain temps à lutter contre la corruption avec efficacité selon les propos de l’avocat de l’état de Côte d’Ivoire, nous demandons donc :

une enquête officielle du procureur de la République ;
ou une enquête parlementaire initiée par notre Assemblée Nationale;
ou alors une enquête internationale officielle et indépendante à la demande de la Côte d’Ivoire, qui pourrait voir la participation de certains services comme le FBI (Federal Bureau of Investigation), la DEA (Drug Enforcement Administration) américaine et les services secrets français ainsi que tous les pays mêlées à ce prétendu trafic international, mais aussi des services spécialisés en la matière, français et ivoiriens.
SUR LE MÊME SUJET : Hamed Bakayoko, le parrain du trafic de drogue en Côte d’Ivoire ?

Ces enquêtes nous permettront de connaître non seulement la vérité, mais aussi la situation réelle du trafic de drogue en Côte d’Ivoire et dans la sous-région.
Elles nous donneront également l’occasion à travers ces résultats de blanchir ou d’incriminer nos autorités citées plus haut. Nous pourrons alors prendre de bonnes mesures et redorer l’image de notre Côte d’Ivoire.
Ivoiriens de tout bord que nous sommes, nous ne devons pas accepter que notre patrie soit la plaque tournante du trafic de drogue dans la sous-région.
La drogue impliquant le blanchiment d’argent et la corruption, nous sollicitons l’aide de toutes les organisations nationales et internationales afin de préserver le bien être de nos populations et la solidité de nos institutions.

Cette déclaration engage les citoyens ivoiriens que nous sommes, tant à Abidjan qu’à l’intérieur du pays et dans la diaspora.

En espérant une réaction dans le sens de nos propositions, nous appelons nos frères au calme et à la retenue.

NON À LA DROGUE !

Konaté Harouna
Président de l’ONG Alliance pour la Renaissance de la Côte d’Ivoire (ARCI)

Signataires : Association des femmes : ONG Levons-nous – Association des commerçants d’Adjamé – ONG la voix des veuves et de l’orphelin – Union des jeunes pour le développement et la paix – Union de la jeunesse wê – Union des femmes FSU de Yopougon – Le forum N’Mechio de Gonzagueville.

Lire sur Yeclo

Comments

comments

What Next?

Related Articles