10242018Headline:

Affaire: Le QG du candidat du PDCI, Raymond N’dohi, a été attaqué par des individus à koumassi

Le quartier général du candidat du PDCI, Raymond N’dohi, et les locaux de la mairie de Koumassi, ont été la cible d’une attaque des individus armés circulant à motos et à bord taxis communaux, dans l’après-midi du mardi 9 octobre 2018.

L’entrée du quartier général (QG) de campagne de Raymond N’dohi, sis à Koumassi Sicogi, non loin de l’établissement Bon Samaritain, ressemblait à un champ de bataille au moment de notre passage, dans l’après-midi du mardi 9 octobre 2018.

Une trentaine d’individus circulant à motos et à bord de taxis communaux appelés « wôrô-wôrô » ont débarqué au QG du candidat du PDCI, Raymond N’dohi pour tenter de tout saccager, avant de mettre le cap sur la mairie de koumassi où ils ont fait d’importants dégâts matériels.

Atsé Achi Eric Olivier, proche collaborateur du maire sortant et assurant la permanence dudit QG raconte. « Entre 13h et 14h, des individus sont venus à motos et à bord de voitures communément appelées « wôrô-wôrô » dans l’intention d’avoir accès au QG pour tout casser et partir. Heureusement que la police et la gendarmerie ont eu vent de cette attaque, donc elles sont venues se poster devant le QG. Alors comme ils ne pouvaient avoir accès au QG, à cause de la présence des forces de l’ordre, ils ont cassé tout ce qui se trouvaient aux alentours du QG. Il y a un maquis à l’entrée du QG. Ils y sont entrés pour piller les pauvres clients, casser les casiers, renverser tout. Vous pouvez aller faire le constat. Il y a un jeu vidéo qui se trouvait à l’entrée. Ils y ont volé les téléviseurs et les appareils. », a dit notre interlocuteur.

Puis de donner d’autres précisions sur les agresseurs. « Ils sont autour d’une trentaine de personnes. Ils ont déchiré la grande affiche à l’entrée du QG et se sont acharnés sur le portail. Depuis fort longtemps, nous savons que c’est dans le camp de l’adversaire. Ce sont des jeunes qui se réclament de Bacongo. On a vu un pion sûr des transporteurs qui est avec cet adversaire. Il était le chef de file de ces individus. Je ne connais pas son nom, mais je le reconnais très bien. »

Pour sa part, Congo Fatim dont le maquis (les posters de Raymond N’dohi étaient visibles dans le maquis) a reçu la visite de ces individus a précisé qu’ils étaient armés d’armes blanches et de pistolet automatique. « Quand ils sont rentrés dans mon maquis, ils m’ont pointé une arme sur le front et ont commencé à tout vandaliser. Je leur ai dit qu’ils pouvaient prendre tout ce qu’ils voulaient, mais de ne pas commettre l’irréparable. Ils ont pris les portables et tout chez mes clients. Moi-même, ils ont pris ma recette évaluée à 150 000 francs cfa. J’ai décidé de voter Raymond N’dohi et j’assume mon choix. »

Après le QG de N’dohi, les vandales ont mis le cap sur la mairie où ils ont également tenté de saccager tout.

Joint au téléphone, Achy Moise, le président du comité ad hoc du Collectif des syndicats des transporteurs et chauffeurs de Koumassi, installé en fin de matinée, lors d’une assemblée générale extraordinaire, a donné d’autres précisions sur l’attaque. Lui dont les éléments (transporteurs) ont été accusés par le permanent du QG de Raymond N’dohi. « Je suis désolé. Il n’y a aucun transporteur proche de Bacongo qui est allé attaquer le QG de N’dohi Raymond. On est parti au QG de N’dohi Raymond pour lui dire que ses conseillers municipaux qu’il a mis sur sa liste électorale, il y a certains parmi eux, dont Tago Gadji Yves, Koudou Guy qui doivent nous faire le bilan. Tago Gadji est l’ex-président du collectif, Koudou Guy l’ex-trésorier du collectif. Ils doivent nous faire le bilan de 500 millions qu’ils nous doivent. C’est ce mécontentement-là qu’ils sont allés exprimer. Parce qu’il ne peut pas prendre des gens qui nous doivent de l’argent pour les mettre sur sa liste pour aller aux élections. Au lieu de prendre notre argent pour faire leur campagne-là, ils n’ont qu’à nous envoyer. Je confirme que ce sont nos gars qui étaient là-bas, mais ça n’a rien à voir avec les partisans de Bacongo. Nous ne sommes pas sur la liste des conseillers de Bacongo. Il n’y a personne dans notre secteur d’activité qui est sur une liste d’un candidat, sauf ceux qui ont volé notre argent qui sont avec N’dohi Raymond, à qui ont demande un bilan. C’est ce mécontentement qu’ils sont allés exprimer. Il n’y a pas eu d’hommes frappés, il n’y a pas eu de blessés. Ils ont quitté le QG pour venir à la mairie, exprimer leur mécontentement. »

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

AIP

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment