06212024Headline:

Afrique du Sud : 90% des victimes du massacre de Marikana indemnisées (Avocat)

Onze ans après que la police sud-africaine a abattu 34 mineurs et blessé des dizaines d’autres dans une mine de platine à Marikana, près de Rustenburg, dans la province du Nord-Ouest, le gouvernement a finalisé les réparations pour 90% des victimes, a déclaré l’avocat Andries Nkome.

Selon M. Nkome, qui a représenté les personnes arrêtées et blessées après l’incident, 90% des 229 mineurs arrêtés et 10 des 14 blessés ont été indemnisés.

Les meurtres ont eu lieu le 16 août 2012, lorsque des policiers ont tiré sur des grévistes de la mine de platine de Lonmin à Marikana, lors de la grève la plus meurtrière de l’ère démocratique.

M. Nkome s’adressait à la presse avant la commémoration, mercredi, du massacre qui a laissé la plupart des plaignants blessés et souffrant d’arrestations, de poursuites judiciaires ou de détention en relation avec le massacre de Marikana.

La fusillade a fait 34 morts et 78 blessés parmi les mineurs qui avaient entamé une grève illégale pour réclamer un salaire mensuel d’au moins 830 dollars.

Entre-temps, la National Prosecuting Authority (NPA) a été accusée de traîner les pieds en ce qui concerne les poursuites engagées contre les policiers responsables du massacre.

Les veuves et les familles des victimes réclament toujours justice. La NPA a toutefois imputé ce retard à une pénurie de ressources humaines.

Mercredi, des dizaines de mineurs devraient se rassembler sur la colline de Marikana pour commémorer l’assassinat de leurs camarades, il y a plus de dix ans, à l’endroit même où ils ont été tués.

What Next?

Recent Articles