01202017Headline:

Albert Toikeusse Mabri : Annonce sa candidature pour la presidence 2020, espérons que le RHDP….

Mabri Touakeuse Ministre du Plan l'Invité du Le Grand Talk

Albert Toikeusse Mabri : ‘’Je suis candidat pour 2020,…Nous espérons que le RHDP nous accompagnera’’

A l’occasion de la célébration de ses 53 ans (08 décembre 1962, 08 décembre 2015),  la rédaction de POLITIKMAG (groupe ACCENT Africa) est allée à la rencontre du Ministre d’Etat, ministre Du Plan et du développement, Président de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI)  Dr. Albert Toikeusse Mabri. Dans le cabinet ministériel, celui qui venait de souffler la veille une bougie de plus était très détendu, toujours à la tâche.

Se prêtant aux questions de POLITIKMAG, il s’exprime sans faux-fuyant. Au menu de l’entretien,  la vie de l’homme, la politique nationale, les enjeux du développement et bien entendu la présidentielle 2020. Dr Mabri fait des révélations de taille.

 

P’MAG-  08   Décembre   1962-   08   Décembre   2015,   Joyeux  Anniversaire   Monsieur   le Ministre d’Etat, Ministre du Plan et du Développement. Quelques faits marquants de vos 53 ans ?

ATM : Je voudrais d’abord louer le Seigneur qui me donne 53 ans dans un pays qui connait des difficultés notamment au plan sanitaire. Avec une espérance de vie qui dépasse à peine 50 ans, quand on en a 53, c’est à Dieu qu’il faut dire merci. C’est évidemment aux parents, à tous ceux qui me soutiennent moralement qu’il faut dire merci. Je voudrais rendre gloire à Dieu et me  féliciter d’avoir atteint ce moment. Pour les faits marquants, ça part de l’enfance à l’âge adulte, de l’école primaire à des missions importantes  qu’on  assume   au   niveau  de   l’Etat. Aussi au niveau de la  vie familiale, ce sont de nombreux faits qui nous ont marqués toute la vie. Je voudrais dire personnellement que j’ai eu des moments d’émotion forte,  de rire et des moments aussi de doute. Ça fait partie de la vie. Je suis heureux de ce que j’ai réalisé pendant cinquante-trois ans et je voudrais vraiment dire gloire à Dieu.

 

P’MAG – Comment se porte le parti UDPCI après la mort du Général Robert GUEI?

ATM : Certainement pas comme il devait se porter si nous avions eu ce bonheur-là d’avoir encore le Général Robert Guéi à la tête de ce parti. Avec ce qu’il a été, avec l’affection  que de nombreux  ivoiriens lui portaient, avec son expérience, avec ses moyens,  mais je suis heureux de dire que nous avons pu maintenir la maison, nous avons pu en faire une marque déposée, une maison de paix et de rassemblement, de résistance, de combat. L’UDPCI s’est maintenu à progresser  et  est    devenu   aujourd’hui un grand parti.  Certes, son implantation  ne  nous  apporte totalement pas satisfaction, mais elle lui permet donc de rebondir et d’être au nombre des partis-clés et attitrés du pays.

‘’Mort du Général Guéi : Que justice soit faite pour que ça nous soulage

  

P’MAG-  Bientôt le  procès lié  à   l’assassinat du Général  Robert GUEI, fondateur de l’UDPCI.   En   tant   que   son   successeur,  quel   souhait   émettez-vous   par  rapport   à   ce procès ?

ATM : Sur le décès, vous savez comment nous l’avons appris, nous nous contentons de dire qu’il a été tué gratuitement, ce qui a été une grosse perte pour nous. Nous sommes heureux aujourd’hui  que   la   lumière  commence   à   se   faire   sur   les   conditions   d’assassinat de notre père.  Nous souhaiterions que justice soit faite pour que ça nous soulage, ça soulage sa famille biologique. Pour que la Côte d’Ivoire cesse de titrer en lettre d’or le manque d’impunité et que ce nouveau départ pour la réconciliation se fasse sur les bases saines. Nous attendons beaucoup de ce procès.

 

P’MAG –  Votre   analyse   sur   le   nouveau   paysage   politique   ivoirien   après   l’élection présidentielle

ATM : C’est un paysage dont le décor a été planté  depuis   2005 renforcé en 2010 avec le soutien à  la candidature de Ouattara  au deuxième tour, confirmé donc  à  l’occasion de la dernière   élection  présidentielle.  Le   RHDP   est  une   force   politique  bien  en  place.   Je suis heureux également que l’opposition soit là pour animer sa part de vie politique et tout cela va continuer à consolider la démocratie. La démocratie est une quête. Nous devons de manière permanente, la rechercher, le poursuivre et chacun doit y contribuer.  L’UDPCI prendra sa part à ce combat pour un pays de démocratie et de liberté.

 

P’MAG – Le  RHDP, le   parti   unifié, l’appel   au  retour du   PDCI-RDA.  Quelle   est   la position de l’UDPCI et de son Président ?

ATM- Je pense que le moment viendra certainement dans les prochains mois pour que nous échangions  et que chacun puisse donner sa position finale. En ce qui nous concerne, une fois que la question sera posée de manière effective nous convoquerons les instances compétentes du parti pour que le parti donne sa position.

 

P’MAG- 2020 c’est maintenant.  Mabri sera-t-il candidat ?

ATM : Je suis candidat d’abord parce que c’est une décision du congrès du parti UDPCI en décembre 2013. Je suis également candidat parce que je pense pouvoir apporter quelque chose à la Côte d’Ivoire dans le contexte 2020. Et nous nous y préparons d’abord à faire passer nos idées, à les partager, à les faire accepter par nos concitoyens dans le cadre du parti, dans le cadre de nombreuses autres activités que nous avons. Nous espérons en tout cas qu’en 2020, le RHDP dans son ensemble pourra nous accompagner pour que dans le rassemblement, nous continuions de servir la Côte d’Ivoire.

 

Le PND 2016- 2020 conduira à l’émergence…

P’MAG : le PND 2016-2020 a été adopté par le gouvernement. Pouvez-vous nous dire ce que sera ce nouveau plan pour l’émergence en 2020 ?

ATM : Le   PND   2016-2020   a   été   adopté   ce   matin   par   le   Gouvernement   en  Réunion   de Conseil des ministres. Il se propose de demander à l’Assemblée Nationale lors d’une session extraordinaire, pour  que  nous   puissions  défendre   le   nouveau  programme  auprès  du   Parlement.  C’est un programme qui doit nous conduire à l’émergence. Le premier ayant planté solidement les conditions de l’émergence. C’est un programme qui visera la transformation économique à nous conduire vers l’industrialisation. Ce programme continuera de prendre l’agriculture comme le pilier principal de notre effort économique. Mais, avec une productivité accrue en nous appuyant sur les acquis de la recherche et sur nos propres expériences en matière de l’agriculture. Il s’appuiera également sur le développement des services notamment les NTIC, le tourisme, le commerce, pour pouvoir donc consolider la croissance. Nous disons donc toute jeune forte croissance. Mais nous ferons de telle sorte que cette croissance soit inclusive. C’est-à-dire que le plus grand nombre de nos concitoyens puissent bénéficier aussi de la croissance. Dès lors, l’action sociale de l’Etat vise à aider les populations notamment les plus vulnérables à être actives dans tous les secteurs : enseignement, santé, logement, emploi. C’est un programme qui va donc viser le repositionnement de la Côte d’Ivoire au plan sous régional et au plan mondial dans les échanges, mais aussi dans la consolidation de la paix. Nous savons que tout cela ne sera possible que si nous continuions d’être dans un pays de paix, réconcilié avec lui-même, avec une cohésion sociale retrouvée. C’est pour cela d’ailleurs que le Président de la République dans ces dernières semaines de 2O15, avant que le PNDC ne démarre sa mise en œuvre, est en train de faire mains et pieds pour renforcer la réconciliation et relancer donc le processus du dialogue.

 

P’MAG- Lors de votre rencontre avec les cadres du Grand Ouest vous avez dit que ceux-ci parleront désormais d’une même voix. Croyez-vous à l’union et la cohésion des fils et filles de l’Ouest ?

ATM : Bien sûr je crois en la réconciliation parce qu’elle s’impose à nous. L’union parce que nous savons tous que l’union fait la force et que face à la situation de détresse d’une partie des populations, le retard qu’ils ont en matière d’infrastructure, c’est ensemble que nous allons donc rechercher les moyens de l’épanouissement de nos populations. Nous avons convenu de nous retrouver et nous nous retrouverons pour parler de l’Ouest, pour agir ensemble, pour obtenir   le   meilleur   pour   nos   parents   et   pour  la région.  Pour  que   l’Ouest   dans   la   nation        Ivoirienne   apporte,   mais   aussi   bénéficie.  C’est   tout   cela   qui   a   justifié   que   nous   nous retrouvions. Nous avons convenu qu’au moins trois fois par an, nous devions nous rencontrer. Je pense que tous ont été sensibles à ce message. Nous allons y travailler et faire en sorte que nous soyons tous fiers d’appartenir à cette grande et riche région de la Côte d’Ivoire.

 

P’MAG- votre mot de fin

ATM : Mon dernier mot sera  mon espoir pour une Côte d’Ivoire où  il fera bon vivre, une Côte d’Ivoire de paix, de progrès grâce à l’engagement réaffirmé des filles et fils de ce pays à vivre ensemble en toute quiétude, à rester ouvert sur l’extérieur, à s’adapter à la situation mondiale actuelle et à faire en sorte que la Côte d’Ivoire continue de jouer ce rôle de pays d’hospitalité. Je crois que c’est ça notre vocation. A titre personnel, je prie Dieu de me donner les possibilités d’être l’un des acteurs principaux de cette nouvelle Côte d’Ivoire.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment