09282022Headline:

Algérie : la chute de Tayeb Louh, un ministre naguère tout-puissant

Proche d’Abdelaziz Bouteflika, l’ancien ministre de la Justice est accusé d’avoir couvert les agissements des hommes d’affaires de l’entourage de l’ex-chef de l’État.

Le quotidien de Tayeb Louh, 70 ans, qui a dirigé le département de la Justice pendant presque six ans (de 2013 à 2019), est ponctué par des présentations à la barre pour rendre compte devant des magistrats de l’accusation « d’entrave au bon fonctionnement de la justice ».

Comprendre : le verrouillage des dossiers de corruption dans lesquels étaient impliqués plusieurs membres du gouvernement et des hommes d’affaires proches de l’ex-président Bouteflika. L’ancien ministre algérien de la Justice, en poste sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika, fait l’objet de deux poursuites judiciaires.

Il est sous les verrous depuis août 2019. Il a été condamné en première instance en mars 2022 à trois ans de prison ferme, alors que le procureur de la République, lui, réclamait dix ans de prison ferme. Lors de l’appel, le 4 mai, ce dernier a de nouveau requis cette peine contre l’ancien ministre.
« Amis bien placés »

Comments

comments

What Next?

Recent Articles