05262019Headline:

Amadou Soumahoro a dit « en côte d’ivoire après Dieu c’est Alassane Ouattara». Lepetitfils Da Candy réagit

En Côte d’Ivoire après dieu c’est Alassane Ouattara ? Non ! il faut une Décomposition/Recomposition politique

*- Le pouvoir de, Ouattara vient de mettre les suites de Dieu l’éternel en congé forcé de côte d’ivoire.

Amadou Soumahoro a dit « « en côte d’ivoire après dieu c’est Alassane Ouattara. Oui, la griot-tique éhonté socle du pouvoir d’Alassane Ouattara nourri son homme dans la politique ivoirienne. Elle ouvre sur les promotions dans la sphère de l’état monarchiste, sur des postes dans l’administration publique et sur des titres honorifiques de la nation ivoirienne. Oui « en côte d’ivoire après dieu c’est Alassane Ouattara » a conquis l’Assemblée nationale, deuxième pouvoir de l’état ivoirien avec une moutonnière majorité factice parlementaire dans une déserte assemblée nationale devenue « Flêkê-Flêkê », dévalorisée, automate, et d’enregistrement. Et il y a une inexistante deuxième chambre Senat de garage crée de toute pièce et mis sous l’éteignoir face à l’enjeu d’intérêt politique.

Aussi un système judiciaire et une justice judiciaire aux ordres du monarque Ouattara. Donc Rien à faire « en côte d’ivoire après dieu c’est Alassane Ouattara ». Les suites sacrées de Dieu l’éternel et leurs philosophies religieuses sont bouté hors de la côte d’ivoire par Dieu l’argent. Et par les ultras qui s’accommodent avec le despotisme inflexible d’Alassane Ouattara devenu le succédané linéaire de Dieu l’éternel. Oui, les armées de l’éternel sont vaincues par le grand Satan au nom de Dieu l’argent. D’où la côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny, est devenue une basse-cour monarchiste où règnent le sourire d’un renard libre, dans le poulailler libre, le renard hallucinant, dans le poulailler halluciné, congratulant quelques misérables coqs de la basse-cour consentant au sacrifice suprême de la liquidation politique dans un système Monarchiste. Oui « en côte d’ivoire après dieu c’est Alassane Ouattara ». Et c’est un suivisme linéaire donc tout ce qui s’apparente à Dieu sont mis en congé forcé, il ne reste que Alassane Ouattara.

Le pouvoir de, Ouattara vient mettre les suites sacrées de Dieu l’éternel « Jésus et Mahomet » en congé forcé en côte d’ivoire. L’ébauche de cette loi de mise en congé date d’une campagne électorale à Anyama au pied du grand-séminaire. Et les multiples confessions religieuses qui peuplent Anyama. En soutien au maitre des lieux en campagne, même les noix de cola ce sont avérés témoins attristés d’entendre que désormais « en côte d’ivoire après dieu c’est Alassane Ouattara ». Cette ébauche de loi concrétisée aujourd’hui est de l’actuel président de l’Assemblée nationale d’Alassane Ouattara. Donc Bon congé aux suites linéaires sacrées de Dieu l’éternel. Maintenant « en côte d’ivoire après dieu c’est Alassane Ouattara ». Donc à vos courbettes, vos prosternations, à vos génuflexions, à vos soumissions seigneuriales. Sinon le couperet de la Guillotine au service des sentences du monarque n’est plus loin.

*- Donc comme nous l’avons dit en septembre 2011, la côte d’ivoire est devenue un pays de Merde.

Oui, désormais « en côte d’ivoire après dieu c’est Alassane Ouattara ». D’où cette situation délétère, de chaos en perspective, de désordre programmé, de tension sempiternelle, d’incertitude anxieuse et de désespérance qu’ils sous-tendent règne actuellement en Côte d’Ivoire. Une situation dramatique qu’un lobby mafieux des grands usuriers internationaux et un lobby de presse nationale ivoirienne intéressée, aux propagandes, soutiens et actions monnayables cherchent a caché au monde par un soutien aveugle à un ultralibéralisme in-humaniste prédateur de jungle, d’un dirigiste économique criminel et d’un socle politique communautariste de rattrapage.

La politique de paix, la culture de cohésion sociale et les fibres de l’harmonie communautaire de Félix Houphouët Boigny ont été soldée en huit « 8 » ans par des politicards apprentis gouvernants. Surtout celle de l’unité dans la diversité solidaire et celui du renforcement de l’harmonie sociocommunautaire, de la concorde civile, de la cohésion nationale, qui doivent être soutenus par des normes de régulations sociales acceptées par tous. ET qui doivent tenir compte de la nature propre aux différentes traditions sociales, de la nature propre aux différentes traditions culturelles et de la nature propre aux différentes traditions religieuses, de chaque communauté nationale et de chaque localité de sous cultures nationales, de sous-groupes sociaux. Oui, tout en préservant l’intégrité nationale, la cohésion nationale, la solidarité nationale. Hélas !

Tous ont été soldés par des politicards apprentis gouvernants. Ce qui a entraîné la lamentable déchirure sociale actuelle, la dévalorisation de la représentation nationale ivoirienne dans le concert des nations. Tout l’amateurisme politique soutenue par la génuflexion, la courbette, la prosternation, le « Flêkê- Flêkê » face à Alassane Ouattara semble se réduire à la piteuse tentative de gommage et de dégommage des traces politiques du mastodonte Felix Houphouët Boigny. Donc comme nous l’avons dit le 06 septembre 2011 au terme d’une interview, la côte d’ivoire est devenue un pays de Merde, dans le concert des nations policées.

Aujourd’hui, au tour d’Alassane Ouattara, le Diable nébuleux et le grand Satan se donnent les mains pour avancer en claudiquant vers un destin qu’ils aiment à dire de l’émergence, de développement économique a deux (2) chiffres, de progrès social et de paix sociale pérenne. Or dans cette assemblée diabolique, démoniaque et satanique, chacun est prêt à liquider son voisin, d’où les clans fractionniste se regardent comme des armées rivales. Ce faisant, ces hommes politicards miroitent à l’horizon futur une tragédie sociale aux pauvres citoyens dans leurs vies quotidiennes.

Des pauvres citoyens qui assistent impuissant aujourd’hui à ce spectacle honteux d’un pouvoir marqué du sceau indélébile du fleuve de sang versé (sept milles « 7000 » morts) depuis les 18-19 septembre 2002, de la haine de l’autre communautarisé réduit à sa particularité sociale et à sa spécificité biologique. La folie haineuse est logé au sommet de l’Etat communautarisé, dans une perspective a tout point de vue catastrophique. Une situation incertaine qui vient rappeler et aggraver encore la crise froide, mais brûlante de plus en plus fréquemment, qui déchire le tissus de la cohésion nationale socle de l’état et partant substrat de la république.

Le pouvoir de l’ultralibéralisme in-humaniste prédateur de jungle, d’un dirigiste économique criminel et d’un socle politique communautariste de rattrapage, « Alassanien » a fait visiblement le choix et le pari du chaos social en 2020 « coup de poignards répétitifs dans le dos de la démocratie et des républicain-et-démocrates. Confiscation hermétique du système électorale avec une commission électorale et un conseil constitutionnel en poche comme propriété personnelle. « 2020 c’est déjà géré, 2020 c’est déjà bouclé, 2020 c’est déjà géré ». Et mise sous tutelle d’appartenance politique de l’armée dite nationale et caporalisation clanique partisane de toute la force publique sécuritaire qui se doit d’être républicaine ».

Le cocktail explosif est là, le décor est planté au tour d’une Grenade a goupille tirée, la danse des diables est prévu pour 2020. Tout est bouclé semble-t-il, en ignorant les petits marteaux citoyens, qui eux aussi ignorent les grands bouclages. La voie ainsi tracée est connue vers l’enfer. Que la nature maudisse ces politicards carriéristes jusqu’au garage de l’oubliette. Soyez maudit messieurs !

*- Il y a danger et il y a urgence avec le pouvoir de l’ultralibéralisme in-humaniste prédateur de jungle Alassanien.

L’objectif est ostensiblement lisible, de par la radicalisation des positions politiques, par refus de toute concession autour de la chose publique. Oui, l’’objectif est de s’imposer par la force armée « par les fusils » en 2020 et que force reste aux armes « fusils » en 2020 en côte d’ivoire. C’est clair, on n’a pas besoin des lunettes de, Emmanuel Kant ou même des lunettes des rédacteurs de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 pour le voir.

Le pouvoir de l’ultralibéralisme in-humaniste prédateur de jungle d’un socle politique communautariste de rattrapage Alassanien, lâche facilement les anathèmes politiques, les excommunications sociales, il est obsédé par le pouvoir politiques d’état, duquel il semble pourtant ignorer toute les vertus. Parce qu’acquises à la cause de l’idéologie clanique, sectaire, et communautariste. C’est tout simplement criminel et honteux pour les sociétés policées de par le monde. Donc se trouvant ainsi mal gouvernés par ce pouvoir de l’ultralibéralisme in-humaniste prédateur de jungle d’un socle communautariste de rattrapage, les populations ivoirienne groggys, abruties, infantilisées, risque de se réveiller un de ces quatre matins autrement que par procuration truquée malgré leurs choix dans les urnes.

L’institution de la débilité mentale dans l’arène politique ivoirienne par de grossiers mensonges d’état et des fanfaronnades de toutes sortes, «Ne dit-on pas publiquement ; Q u« ’en côte d’ivoire après Dieu, c’est Alassane Ouattara » ? Et ensuite bénéficier des postes confortables dans la sphère étatique, en serait la cause unique et exclusive de cette débilité mentale citoyenne. Parce que, quand un dirigeant quel qu’il soit, rend un peuple fou, il se met lui-même à la merci des crises de folie du peuple souverain. « Le Mali de 1991 nous interpelle ». Parce que confiné dans la logique de la loi de la jungle, les populations martyrisées ne peuvent avoir d’autre réaction que celle de l’état de nature et vive le chaos. Or aucun pouvoir d’état ne peut vaincre un peuple souverain déterminé à rentrer dans ses droits et libertés.

Oui, il est constant, que tant que les gens ordinaires seront mal gouvernés, parce que leurs Etats sombrent dans le chaos social sempiternel où les pouvoirs d’Etat virent à la tyrannie, ils ne pourront pas profiter de la richesse de leur pays et des retombées de l’organisation politique et sociale de leur société. Parce que les hommes politiques ultralibéraux, dirigistes, affairistes et mafieux leur piqueront toujours leurs deniers publics, leurs ressources naturelles souveraines avec la complicité des grands usuriers internationaux.

Les citoyens ivoiriens aujourd’hui redoutent et trouvent cette situation inhumaine, cette attitude désastreuse pour la société commune. Mais voilà ! Ce chaos sempiternel a contribué aujourd’hui à forger une nouvelle jeune génération d’homme politique ivoirien, formée dans la lutte pacifique du débat contradictoire d’idée, endurcie dans l’action politique soutenue au risque de leurs vies physiques, forgée a la forge disciplinaire de FELIX HOUPHOUET BOIGNY et éduquée par les écueils dans l’espace public ivoirien, aussi orienté par les faits, par les méfaits et les chaos sempiternels vers le gyroscope infaillible qu’est la sagesse de Félix Houphouët Boigny, la voie infaillible, la voie de la côte d’ivoire d’abord, la voie du don de soi, la voie royal vers la lumière du développement intégral de homme, qui laisse aucun citoyen au bord de la route du progrès social et la voie de la stabilité sociopolitique, de la paix sociale pérenne.

*- L’homme est un être d’espérance, l’Esperance est en l’homme. Avec l’espérance tout est possible

Cette nouvelle jeune génération d’homme politique ivoirien, « et nous avons toujours dit et répéter », offrira demain à coup sûr, à la Côte d’Ivoire de FELIX HOUPHOUET BOIGNY, une grande pépinière de nouveaux hommes politiques éclairée à la lampe des lumières de l’expérience des Ainés, « DONT UNE LAMPE VIENT DE S’ÉTEINDRE APRÈS 103 ANS DE LOYAUX SERVICES RENDUE A LA NATION, QU’IL SOIT RASSURER, PUISQUE LE TÉMOIN DE LA COURSE DE RELAIS N’EST PAS TOMBÉ, LA RELÈVE TIENDRA LA SUITE, CERTES LA TACHE EST IMMENSE, MAIS C’EST UNE PROMESSE ».

Donc une nouvelle jeune génération d’homme politique qui combattra sans relâche, sans retenu, toute velléité de ressusciter l’ultralibéralisme in-humaniste prédateur de jungle, le dirigiste économique criminel et leurs socle politique commun le communautariste de rattrapage, initiée par Alassane Ouattara. Afin qu’il ne revient plus se rebrancher comme de véritables sangsues a la mamelle de nos deniers publics, de nos ressources naturelles souveraines et à la sève de notre cohésion sociale, notre …

Lire la suite sur eburnienew

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment