08192018Headline:

Amnistie de 800 prisonniers de la crise post-électorale: Un proche de Soro réagi et cogne fort le président Ouattara sur son geste

Il ne voudrait, pour rien au monde que l’acte posé par le président de la République, Alassane Ouattara, soit mal interprété. Kakou Mathias De Vigny, président du Parti pour le progrès du socialisme (Pps), leader politique proche du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, se dresse contre tous ceux qui verraient d’un mauvais œil la décision d’amnistie prise par le chef de l’Etat, le lundi 06 août 2018, veille de la célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, pour ordonner la libération de 800 prisonniers de la crise post-électorale. Détenus au nombre desquels figurent l’ex-Première dame Simone Gbagbo, des anciens ministres ainsi que Souleymane Kamaraté, alias Soul To Soul, le directeur du protocole du chef du Parlement ivoirien.

Alors que l’idée d’une intervention extérieure fait son chemin sur l’initiative du chef de l’Etat, Mathias Kakou se dresse contre ces allégations et crache : « Non ! Le président Ouattara n’a subi aucune pression, ni de l’intérieur, ni de l’extérieur. C’est plutôt la marque des grands hommes épris de Paix et de Pardon ». Et le compagnon de lutte de Guillaume Soro depuis les années syndicales de la Fesci (Fédération estudiantine de Côte d’Ivoire), d’interpeller et d’appeler à l’humilité ceux qu’il qualifie de mauvaises langues. « Vous qui l’avez dénigré partout et sur les réseaux sociaux, soyez humbles et demandez-lui pardon! Vous qui avez tissé des alliances contre nature pour combattre sa vision, soyez humbles et demandez pardon », lance le leader du Pps qui, à chaud, a salué l’adresse à la Nation du chef de l’Etat. Un discours qu’il a présenté comme « historique, démocratique, de vision politique, d’amour et de grande hauteur politique d’un Homme d’État qui aime ces concitoyens, un homme juste et de Paix, un vrais leader mondial ».

Mathias Kakou, qui annonce le congrès de son parti pour bientôt, en vue de recadrer le débat politique en Côte d’Ivoire, ne manque pas de jeter une pierre dans le jardin de ceux qu’il classe dans le camp de l’adversité au président Ouattara. « Adversaires, ennemis, menteurs, dénigreurs, infidèles et autres opportunistes sont confondus. Quelle honte? Ils chercheront à récupérer des dividendes de ce grand discours », prévient-il, non sans tirer son chapeau au tenant actuel du Palais d’Abidjan.

Faut-il le souligner, le Pdci-Rda, dans une déclaration produite sur le discours, a salué l’action de liberation des prisonniers de la crise post-électorale en remerciant la communauté internatinale qui aurait contribué à la décision prise par le chef de l’Etat.

 

fratmat.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment