05302017Headline:

Annoncé à la barre de la CPI / “Philippe Mangou serait comme Sam ‘l’Africain ou un traître et un lâche !” ?

gbagbo, mangou

Il pourrait se retrouver à la barre à la Cpi comme un témoin à charge contre son ex-président Laurent Gbagbo. Lui c’est le Gl Philippe Mangou, ancien chef d’état-major sous Gbagbo. Comment ce revirement de situation est-il arrivé ? Nombreux sont les observateurs qui suivent la trajectoire prise par Philippe Mangou. Va-t-il se briser ou se faire hara-kiri ? Autant de questions qui attendent que des réponses. Mais certains autres observateurs semblent avoir la réponse. Pour ces derniers, Mangou est un traitre et même un lâche. Le débat est pour le moins ouvert…

Depuis hier lundi 9 mai 2016, le procès de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé s’est rouvert à la Haye à la Cpi. Ces deux hommes, sont jugés pour crime contre l’humanité. Chose, qu’ils réfutent. Ce qui donne court à un procès prolixe ou les arguments du procureur Fatou Bensouda sont démontés par la défense de l’ex-président Laurent Gbagbo. Dans ce ‘’combat’’ titanesque, chaque partie joue gros avec des témoins et  des preuves qui pourraient faire pencher la balance de l’équité vers leurs causes. Et c’est, cette ambiance que l’on suivra tout le temps que va durer ce procès.

Dans la première partie, les témoins à charge de Bensouda, à l’ exception de Sam l’Africain qui a eu un témoignage mitigé, ont tenté de suivre la ligne directrice. Celle d’avoir un réel profil de témoins à charge. Ce canevas pourra-t-il coller à la peau de Mangou Philippe et de Kassaraté qui sont aussi cités comme des témoins pour descendre Gbagbo et Blé Goudé ? Une problématique qui a son pesant d’or. Ce, en ce sens que Mangou est perçu comme une personne très versatile. Mieux comme un traite et un lâche. Ne va-t-il pas se débiner à la barre ?

En suivant le profil de l’homme et de son parcours, ils sont nombreux ceux qui pensent que Mangou ne serait pas un cheval sur lequel il  faut compter dans cette course. Ce pour de multiples raisons. Hier solidaire de l’ex-chef d’Etat, Laurent Gbagbo, le général Philippe Mangou n’a pas hésité à changer de camp. Au fort de la crise post-électorale, il aura demandé au président Laurent Gbabgo de démissionner parce que lui ne tenait plus sur le front de bataille. Sa requête n’a pas été entérinée et l’ex-président a continué de diriger ses hommes jusqu’à ce qu’il soit capturé le 11 avril 2011.

Mais avant cela, pourquoi Mangou n’a-t-il pas démissionné ? S’indigne un ex- FDS qui a requis l’anonymat. Selon ce dernier qui a fait publier un courrier chez le confrère du Nouveau Courrier, Philippe Mangou ayant réussi à désorganiser les corps, il a pris la fuite un matin de mars 2011. Poursuivant son propos, ce soldat des ex-FDS, reproche au Général Mangou d’avoir déserté, abandonné la troupe en pleine crise. ‘’ La dignité et l’honneur d’un officier exigent qu’il démissionne soi-même. Ne pas le faire et demander à son chef de le faire, est une irresponsabilité, une traitrise, une lâcheté ’’  a indiqué l’ex-FDS. Plus, loin, il compare Mangou à Doué en 2002 et 2004 qui n’aurait pas assumé ses responsabilités.

Dans son courrier, l’ex soldat FDS ne va pas par le dos de la cuillère pour dire ses vérités à Mangou. En effet pour ce dernier, l’ex chef-d’état-major de Gbagbo a été passif, irresponsable durant toutes les opérations d’Abidjan devant un Kassaraté qui lui refusait les chars et autres armements du CEB. Cette irresponsabilité aurait occasionné la mort de centaines de militaires, policiers et de gendarmes… Dixit l’ex FDS dans son courrier.

En analysant  le point de vue de ce soldat  et selon les différentes sensibilités, nous devrons à tout le moins relativiser sur le profil de Mangou.  Dans le box à la CPI, il jouera dans quel camp ?

Ange T. Blaise

imatin

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment