07212018Headline:

Après la découverte d’armes à son domicile: Le procureur Ange Kessi « dévoile tout »

La semaine dernière une enquête avait conduit à la découverte d’armes au domicile du procureur militaire ivoirien. Face à cette situation, Ange Kessi a tenu à apporter sa version des faits. Il s’est exprimé au micro de nos confrères de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI).

Le procureur militaire ivoirien, Ange Kessi a réagi à la découverte d’armes à son domicile, à la suite d’une enquête. Il était face aux caméras de nos confrères de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI), à qui il a donné sa version des faits.

« Ce jour-là je dormais. Généralement je mets mon portable sous silence à cause des appels. A charge de rappeler la personne le lendemain pour ceux qui sont rappelables. Le lendemain, mon fils m’appelle pour me dire que la maison a été cambriolée et que j’ai été enlevé avec ma fille. Je lui ai dit que je n’ai pas été enlevé, et que ma fille est partie à l’école. Je n’ai pas eu le temps de vérifier que le commandement supérieur m’a appelé pour me demander ce qui m’arrive. Je lui ai dit que je ne sais pas. Donc, il me répond qu’ils ont envoyé du renfort chez moi. Je lui demande renfort pour quoi ? Il me répond qu’on lui a dit que j’ai été enlevé. Le directeur général de la police a été tellement content quand il a entendu ma voix, il a raccroché quand il m’a entendu. C’est après que j’ai appris qu’entre 20h et 24h, il s’est passé des transactions entre mon garde du corps et des vendeurs d’armes », a déclaré Ange Kessi.

« Il a l’habitude d’aller vendre les armes placées sous scellées. Il y en a qui ne pètent même plus, il a trié certaines qui étaient mieux. Je ne dis pas que je suis imperquisitionable, je suis un homme comme tout le monde. Nous étions à la tour quand tout le monde a été déguerpi pour la réfection. Pendant huit mois, on cherchait un endroit pour être hébergé. C’est ici qu’on a trouvé logis. Il n’y a même pas de salle d’audience. Il y a une salle d’audience très belle mais qui est toute petite. Donc, pour les affaires de crimes, vous serez obligés d’aller au CADA. Il n’y a pas de scellé ici, des endroits de scellé pour sécuriser. Comme ma maison est sécurisée 24h/24h, on a pu placer ces armes là-bas. C’est un des quatre qui les surveillaient qui a fait cela. Lorsque je suis arrivé, j’ai dit merci à la gendarmerie et je les ai autorisés malgré leurs réticences, à fouiller une partie de ma maison », a-t-il ajouté.

 

afrikmag.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment