07272017Headline:

Après le bombardement la Côte d’Ivoire n’a plus de Résidence présidentielle: Quel Palais pour Ouattara ?

palai bombarder

Après le bombardement de la Résidence présidentielle: Quel Palais Ouattara entend laisser à la Côte d’Ivoire ?

Depuis avril 2011, le Président de la République de Côte d’Ivoire n’a plus de Résidence officielle. Celle qui a été construite et habitée par Félix Houphouët-Boigny, ensuite réaménagée par Laurent Gbagbo n’est plus qu’un amas de ruine post-bombardement.
La hargne de déloger un adversaire considéré comme un ennemi, Gbagbo, a été plus forte que le souci de préserver un patrimoine étatique si important. Elle a amené pendant la guerre, le candidat du Rdr Alassane Ouattara et ses soutiens franco-onusiens à faire détruire cette Résidence officielle des Chefs de l’Etat ivoirien. Et après le chaos, plutôt que de restaurer cette Résidence et l’habiter, Ouattara a préféré renforcer le confort chez lui (sa résidence privée) et y résider durant sa fonction de chef de l’Etat. Pendant donc le quinquennat qu’il vient d’achever, la réhabilitation de cette maison n’a pas éveillé son intérêt. Pourtant, avec les moyens qu’il a pour le Programme présidentiel urgent (Ppu), il pouvait rebâtir ce qu’il a détruit pour accéder au pouvoir.
Pendant la même guerre, le Palais de la Présidence de la République au Plateau, c’est-à-dire le siège de la République qui abrite le bureau du chef de l’Etat, avait subi d’énormes dégâts de la part des hommes de Ouattara. Mais là, les travaux de réfection ont été réalisés avant que le vainqueur de la guerre n’y entre. En ce qui concerne la Résidence, il n’en ferait pas un souci et dort chez lui-même. Si au début de son second quinquennat, Alassane Ouattara ne l’inscrit pas dans son programme et n’en fait pas cas, il convient de s’interroger. Quel nouvel idéal veut-il instituer ? Voudrait-il une République dont le chef n’aurait pas de Résidence officielle et réside chez lui-même ? Résidence flottante ? Que suggère-t-il à la conscience nationale ? Que désormais chaque chef de l’Etat fasse des travaux sur sa propre maison, naturellement au frais de l’Etat, pour la hisser au rang d’une Résidence présidentielle et y demeurer ? Si tel est l’esprit, est-ce normal qu’un Etat aussi sérieux et envié que la Côte d’Ivoire n’ait pas de Résidence de fonction pour son premier responsable ? Car, si Ouattara ne réhabilite pas cette Résidence, parce qu’il y verrait toujours l’image de Laurent Gbagbo, quelle Résidence présidentielle officielle, laisserait-il à la Côte d’Ivoire en 2020 ? Comment se prévaloir par ailleurs houphouëtiste, et détruire défensivement une œuvre d’Houphouët ?
Félix Houphouët-Boigny, premier Président de la Côte d’Ivoire moderne, avait pris un soin et un honneur particuliers à bâtir cet ouvrage que Ouattara a pulvérisé avant d’accéder au pouvoir. Une Résidence présidentielle comme tous les grands édifices de l’Etat, ne doit pas livrer une image monacale. Symbole de la puissance ou des ambitions d’un Etat, ce doit être un concentré de confort et de prestige. Un lieu qui fasse rêver et la fierté du peuple. C’est là que réside le premier des citoyens. C’est donc par méchanceté que la Résidence officielle de Laurent Gbagbo était péjorativement traitée de « Bunker » par ses détracteurs qui voulaient qu’il soit exposé pour le cueillir facilement. Or, il n’existe nulle part au monde de Résidence présidentielle digne de ce nom, qui n’ait une pièce particulièrement sécurisée pour le Président.
La sécurité du chef de l’Etat étant primordiale, ne pas y penser pour un Etat, serait une légèreté impardonnable. Ce qui est appelé « Bunker » est selon Wikipédia « un local, souvent partiellement enterré, d’une fortification, d’un fort voire d’une tranchée, qui est à l’épreuve des tirs ennemis ». Si un ministère de la Défense, (Pentagone, site Balard appelé aussi Hexagone-Balard et autres) ou une armée peut se construire une casemate (bunker ou blockhaus), abri antiatomique, pourquoi l’Etat ne le ferait-il pas pour son chef ? Est-ce parce qu’on n’aime pas Laurent Gbagbo qu’on voudrait qu’un Président de la République essuie des tirs de mortiers et des obus de l’ennemi ?
Mais la fonction elle, est impersonnelle. Et celui qu’on aime peut se retrouver dans le même fauteuil et être confronté à des attaques de l’ennemi. C’est là que la nécessité de s’abriter dans un « Bunker » apparait. Il existe des sociétés spécialisées dans la construction d’ouvrages de protection contre les attaques nucléaires, biologiques et chimiques. En cas de guerre, d’accidents majeurs ou de catastrophes naturelles (bombardements, explosions…), ces ouvrages de haute sécurité pour la protection des biens et la survie de la population sont recherchés. Et si beaucoup de familles se sont refugiées à la Résidence de Gbagbo pendant la crise postélectorale, c’est parce qu’elles étaient persuadées d’y trouver cette protection particulière.
La problématique de la réhabilitation de la Résidence officielle du chef de l’Etat met également sur la table celle de la maison de fonction des Premiers ministres en Côte d’Ivoire. La Résidence d’Henri Konan Bédié à la Corniche, revenue à l’Etat pour servir de résidence de fonction des Premiers ministres, habitée par le Premier ministre Pascal Affi N’Guessan alors à la Primature, est laissée aujourd’hui à l’abandon. Ruine totale. Voici donc une République dont ni le Président ni le Premier ministre n’ont de Résidence officielle. Chacun dort chez lui ou alors à l’Hôtel. Quand Ouattara se décidera-t-il à réhabiliter ces bâtiments ? Quelle Résidence officielle laissera-t-il à son successeur en 2020 ?
Germain Séhoué
gs05895444@yahoo.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment