01242017Headline:

Après le dépôt de sa candidature -Voici ce que Banny dit aux Ivoiriens

bann

Après son dépôt de candidature à la CEI, Banny réagit: “Je ferai ce que je dis aux Ivoiriens”

Charles Konan Banny a déposé son dossier de candidature à la CEI, vendredi 21 août 2015. A la sortie de son audience, l’ancien premier ministre a donné les motifs de sa candidature. Voici son discours.

Mesdames et messieurs
Permettez-moi de vous remercier pour votre présence massive et de qualité au moment où je viens de déposer mon dossier de candidature aux élections présidentielles qui sont prévues pour avoir lieu en octobre 2015.
Citoyen libre d’un pays qui se veut démocratique, je me porte candidat pour défendre les valeurs auxquelles je crois, les valeurs auxquelles je suis attaché. La démocratie implique la liberté, la libre concurrence entre des projets susceptibles de contribuer au progrès de notre pays. C’est de la saine compétition entre les personnalités qui veulent se mettre au service de la Côte d’Ivoire et du libre choix des citoyens que viendra la cohésion de notre pays. A la fin de sa vie, beaucoup d’Ivoiriens s’en souviendront, le président Houphouët-Boigny de regrettée mémoire, avait confié à ses héritiers la mission de parfaire à sa suite, la construction de la société ivoirienne. Vingt-deux ans après sa mort, la Côte d’Ivoire est désarticulée et en grand danger. J’ai décidé pour ma part d’obéir aux recommandations du père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne. Je veux aider à parfaire la construction de la société ivoirienne telle qu’il l’a placée. Le patrimoine historique du Pdci-Rda appartient à tous ceux qui s’en réclament et qui n’ont pas renoncé à l’héritage, qui ne l’ont pas abandonné et qui ne l’ont pas bradé. Le socle de mon action est donc la philosophie que le père fondateur a léguée au Pdci et à la Côte d’Ivoire. Je restaurerai la Côte d’Ivoire en lui donnant les atouts que le président Houphouët lui avait conférés et que les années d’affrontement politique ont dissipés.
Je suis candidat pour remettre la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens au centre des préoccupations de la politique nationale. Mon élection, quand elle aura lieu, permettra, en outre de replacer la Côte d’Ivoire sous l’autorité exclusive de la loi, l’état de droit. Face aux fiers Ivoiriens avec à mes côtés, tous ceux qui aspirent à la paix, au progrès et surtout à la stabilité, tous ceux qui renoncent à la violence en Côte d’Ivoire. Je ferai entendre ma voix et je permettrai à tous ceux qui sont réduits au silence de s’exprimer.
Je suis persuadé que les Ivoiriens m’accorderont leurs suffrages surtout sans tenir compte des pesanteurs des appareils. Avec moi, les promesses et les actes seront accordés. Je ferai ce que je dis aux Ivoiriens. Ceci a été déjà entendu me direz-vous, mais on jugera aux actes. Je répète ‘’je ferai ce que je dis aux Ivoiriens’’. Entre autre, je veux construire une Côte d’Ivoire sans haine, sans violence. La réconciliation, le retour de la cohésion sociale, la sécurité et la justice retrouveront leurs lettres de noblesse sous ma présidence. C’est sur la base de ces valeurs que je remettrai mon projet d’instauration d’une nouvelle société de confiance et que j’établirai un nouveau pacte de confiance avec mes concitoyens et entre tous les Ivoiriens.

Côte d’Ivoire – Banny après le dépôt de sa candidature ‘’Le boycott du FPI n’est pas un problème pour moi’’

Charles Konan Banny a déposé son dossier de candidature peu après Essy Amara. Il était accompagné des membres de son cabinet, de certains membres de la CNC dont le professeur Tousséa et surtout de son frère aîné Jean Konan Banny, ancien ministre de sa défense. Voici son discours au sortir de son audience.

Mesdames et messieurs
Permettez-moi de vous remercier pour votre présence massive et de qualité au moment où je viens de déposer mon dossier de candidature aux élections présidentielles qui sont prévues pour avoir lieu en octobre 2015.
Citoyen libre d’un pays qui se veut démocratique, je me porte candidat pour défendre les valeurs auxquelles je crois, les valeurs auxquelles je suis attaché. La démocratie implique la liberté, la libre concurrence entre des projets susceptibles de contribuer au progrès de notre pays. C’est de la saine compétition entre les personnalités qui veulent se mettre au service de la Côte d’Ivoire et du libre choix des citoyens que viendra la cohésion de notre pays. A la fin de sa vie, beaucoup d’Ivoiriens s’en souviendront, le président Houphouët-Boigny de regrettée mémoire, avait confié à ses héritiers la mission de parfaire à sa suite, la construction de la société ivoirienne. Vingt-deux ans après sa mort, la Côte d’Ivoire est désarticulée et en grand danger. J’ai décidé pour ma part d’obéir aux recommandations du père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne. Je veux aider à parfaire la construction de la société ivoirienne telle qu’il l’a placée. Le patrimoine historique du Pdci-Rda appartient à tous ceux qui s’en réclament et qui n’ont pas renoncé à l’héritage, qui ne l’ont pas abandonné et qui ne l’ont pas bradé. Le socle de mon action est donc la philosophie que le père fondateur a léguée au Pdci et à la Côte d’Ivoire. Je restaurerai la Côte d’Ivoire en lui donnant les atouts que le président Houphouët lui avait conférés et que les années d’affrontement politique ont dissipés.
Je suis candidat pour remettre la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens au centre des préoccupations de la politique nationale. Mon élection, quand elle aura lieu, permettra, en outre de replacer la Côte d’Ivoire sous l’autorité exclusive de la loi, l’état de droit. Face aux fiers Ivoiriens avec à mes côtés, tous ceux qui aspirent à la paix, au progrès et surtout à la stabilité, tous ceux qui renoncent à la violence en Côte d’Ivoire. Je ferai entendre ma voix et je permettrai à tous ceux qui sont réduits au silence de s’exprimer.
Je suis persuadé que les Ivoiriens m’accorderont leurs suffrages surtout sans tenir compte des pesanteurs des appareils. Avec moi, les promesses et les actes seront accordés. Je ferai ce que je dis aux Ivoiriens. Ceci a été déjà entendu me direz-vous, mais on jugera aux actes. Je répète ‘’je ferai ce que je dis aux Ivoiriens’’. Entre autre, je veux construire une Côte d’Ivoire sans haine, sans violence. La réconciliation, le retour de la cohésion sociale, la sécurité et la justice retrouveront leurs lettres de noblesse sous ma présidence. C’est sur la base de ces valeurs que je remettrai mon projet d’instauration d’une nouvelle société de confiance et que j’établirai un nouveau pacte de confiance avec mes concitoyens et entre tous les Ivoiriens.

Questions-réponses

Comment se fait-il que vous n’avez pas eu une candidature unique au niveau de la CNC
Et bien ça viendra. Vous verrez ! On n’est pas au bout du processus

En allant de façon dispersée est-ce que vous avez une chance de gagner face à Ouattara ?
Je vous ai dit que je gagnerai

L’appel au boycott du Fpi, est-ce un problème pour vous ?
Non pas du tout et vous verrez que nonobstant cela les Ivoiriens viendront voter pour Charles Konan Banny.

propos recueillis par SD
© 2015 Microsoft Gebruiksrechtovereenkomst Privacy en cookies Ontwikkelaars Nederlands

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment