01182019Headline:

Armée ivoirienne: Les généraux Touré Sékou et Nicolas Kouakou ont été virés.

Un réaménagement a été opéré à la tête des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI) et de la Gendarmerie nationale ivoirienne.
Les généraux Touré Sékou et Nicolas Kouakou, respectivement chef d’Etat major général des armées et Commandant supérieur de la gendarmerie nationale s’en vont. La nouvelle, qui circulait depuis trois jours, a été confirmée. Les remplaçants de ces deux hauts gradés de l’armée ivoirienne sont déjà connus. Il s’agit du général Lassina Doumbia, précédemment chef d’Etat major adjoint des Forces armées de Côte d’Ivoire (Faci), et Commandant des forces spéciales ivoiriennes. Il vient en remplacement de son désormais ex-supérieur hiérarchique, le Général de corps d’armée Touré Sékou.

La gendarmerie nationale, elle, sera désormais sous le commandement du Général Alexandre Apalo Touré, précédemment Commandant de l’Ecole de gendarmerie et Commandant supérieur en second de la gendarmerie nationale.

Les deux hauts gradés de l’armée, nommés en pleine crise pendant la mutinerie de janvier 2017, rendent leurs tabliers pour faire valoir leur droit à la retraite.

Le Gal Touré de corps d’armée Touré Sékou avait succédé à l’ancien chef d’Etat major de l’Armée, actuel président du Conseil d’Administration de la Société ivoirienne de raffinage, le Général Soumaïla Bakayoko, à la suite des récurrentes mutineries qui avaient eu lieu au sein de la grande muette. Il aura dirigé les forces armées ivoirienne de janvier 2017 à décembre 2018. Selon des sources persistantes, le Gal Touré pourrait embtrasser, dans les jours à venir, une carrière de diplomate en tant qu’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Sénégal. A ce poste, il remplacerait feu le Gal Edouard Kassaraté, ancien Commandant supérieur de la gendarmerie, qui y avait été muté, au lendemain de la crise post-électorale.

Le Général Nicolas Kouakou, lui, 61 ans à ce jour, avait succédé au Général Gervais Kouassi, également à la retraite, à la tête du commandement supérieur de la gendarmerie nationale. Jusqu`à la date de sa nomination à la tête de cette institution militaire, le 9 janvier 2017, il était le commandant en second de cette importante institution .

Durant la crise militaro-politique qua connue la Côte dIvoire, cest lui qui avait dirigé le Centre de commandement intégré (CCI) de 2007 à avril 2011. Une unité mixte créée au lendemain de laccord de Ouagadougou pour assurer le maintien de la paix entre les ex-protagonistes durant cette période cruciale.

Jean Kelly Kouassi

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment