11212017Headline:

Assemblée nationale/ Destitution manquée de Soro : La Lettre du Continent fait des révèlations

Une information livrée par La lettre du Continent dans sa dernière parution fait état de la destitution manquée de Guillaume Soro de la tête de l’Assemblée nationale. Qui peut bien en vouloir autant au chef du Parlement ivoirien ?

La Lettre du Continent révèle que Guillaume Soro aurait pu être évincé de l’Assemblée nationale. A en croire le bimensuel panafricain, une stratégie avait été savamment mise en place afin de destituer l’ancien secrétaire général des ex Forces nouvelles. Si le député de Ferké conserve son fauteuil, c’est bien grâce au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). C’est du moins ce qu’avance notre confrère.

Sur la question, Maurice Kakou Guikahué, président du groupe parlementaire PDCI,  a indiqué ne pas être informé. «Je ne suis pas au courant de ça. Je n’étais pas là, j’étais à l’extérieur», s’est-il expliqué.

Interrogé pour savoir un peu plus, un député issu du parti de Mabri Toikeusse affirme ceci : « Peut-être, c’est dans le milieu du RDR que ce projet a été mûri. On ne va pas à l’Assemblée (nationale) depuis plus d’un mois et demi. Donc, on n’a pas reçu de dossier sur la question». Le décor est planté. La crise entre Guillaume Soro et le Rassemblement est donc en train de prendre une autre tournure. Le patron de l’Hémicycle ivoirien dont des proches collaborateurs ont été limogés par l’actuel pouvoir serait désormais dans le viseur. Le climat entre lui et le président de la République n’a fait que se détériorer depuis le 30 juin 2017, date à laquelle les deux hommes se sont parlé pour la dernière fois, souligne La Lettre du Continent.

Des dossiers brûlants n’ont pas favorisé le rapprochement d’Alassane Ouattara et de son ancien Premier ministre. Il s’agit notamment de « l’affaire cache d’armes » dans laquelle serait impliqué Soul To Soul, le chef de protocole du PAN. Par ailleurs, La Lettre du Continent soutient que le chef de l’Etat tient Guillaume Soro pour responsable de la situation sécuritaire délétère que traverse la Côte d’Ivoire. L’absence du président de l’Assemblée nationale au congrès du RDR, les 9 et 10 septembre 2017, n’a pas arrangé les choses. Bien au contraire.

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment