06182018Headline:

Assemblée Nationale : Le phénomène des enfants microbes au cœur d’un débat

Présentée par l’honorable Yasmina Ouegnin, députée de Cocody, membre du groupe parlementaire ‘’Voxpopuli’’, une séance de question orale avec débat au sujet des enfants dit en conflit avec la loi s’est tenue ce lundi 04 juin 2018, à l’hémicycle, en présence du ministre Sidiki Diakité en charge de l’Intérieur et de la Sécurité.

Le phénomène des enfants dit en conflit avec la loi communément appelés ‘’microbes’’ demeurent toujours un sujet d’actualité. À l’initiative du groupe parlementaire Vox Populi, une session du parlement ivoirien, présidée par l’honorable Privat Oulla, vice-président de l’Assemblée nationale, a été consacrée à ce sujet, ce lundi 4 juin 2018, en présence du ministre ivoirien de l’Intérieur et de la Sécurité.

C’est l’honorable Yasmina Ouegnin qui a présenté le tableau sombre des victimes de ces enfants dit en conflit avec la loi. Elle a ajouté que leur apparition remonte au lendemain de la crise post-électorale (2011) qu’a connue la Côte d’Ivoire, et ce, jusqu’aujourd’hui. Pour elle, en acceptant de se soumettre à cette procédure, le ministre Sidiki Diakité a pris la pleine mesure des inquiétudes des populations ivoiriennes.

Faisant le point de la situation sécuritaire qui prévaut en Côte d’Ivoire depuis la fin de crise post-électorale, l’émissaire du gouvernement a tenu à rassurer les populations ivoiriennes quant à la situation sécuritaire en Côte d’Ivoire. Au titre des actions menées par le gouvernement dans la vision d’éradication de ce phénomène, il a cité, les opérations éperviers engagées par les forces de sécurités et le vaste projet de resocialisation initié en vue de sortir des rues ses enfants appelés ‘’microbes’’. Ces actions engagées par l’Etat de Côte d’Ivoire, selon lui, ont permis de réduire considérablement ce phénomène. « Les actions du gouvernement ont permis la réduction sensible du phénomène des enfants en conflits avec la loi », a-t-il indiqué. Cette question, pour lui, occupe une place de choix dans la matrice d’action du gouvernement ivoirien. Le ministre Sidiki Diakité a, par ailleurs, invité toutes les Ivoiriens à un changement de comportement. Celui de l’Ivoirien nouveau en ayant le courage de dénoncer certains comportements inciviques.

Dans sa contribution, l’honorable Sangaré Yacouba a appelé à une moralisation de la société ivoirienne. Pour lui, ni la guerre, ni la pauvreté ne devrait être prises comme cause principale de ce phénomène. « Il y a une question de moralisation de notre société et je pense que c’est ce qui est à la base du désordre que nous vivons aujourd’hui. Le ministère fait ce qu’il peut, le gouvernement fait ce qu’il peut, mais la responsabilité collective est engagée. Il faut qu’on revienne à des fondamentaux de morale pour que notre société puisse se porter mieux dans tous ses compartiments », a-t-il indiqué.

Toutes ces positions ont fait l’objet d’échanges houleux entre les différentes composantes de la Représentation nationale. Notamment entre des députés du Fpi, Pascal Affi N’guessan, Gilbert Amalaman qui ont indexé la responsabilité du gouvernement.

 

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment