02232024Headline:

Au Burkina Faso, des ONG appellent à la libération de Daouda Diallo

Une importante coalition d’ONG ouest-africaines a exigé, le 3 décembre, la « libération sans délai » du défenseur burkinabè des droits humains enlevé vendredi à Ouagadougou par des hommes en civil.
« Daouda Diallo a été enlevé par au moins quatre hommes non identifiés le vendredi 1er décembre 2023 vers 15 heures, devant le service des passeports à Ouagadougou, où il s’était rendu pour le renouvellement de ses documents de voyage », a affirmé dans un communiqué la Coalition citoyenne pour le Sahel, qui précise n’avoir « aucune nouvelle » de lui depuis, ni « d’informations sur les raisons de l’enlèvement ».

Enlèvement en plein jour
L’organisation « exige la libération sans délai et sans condition du Dr Daouda Diallo, ainsi que des garanties sur son intégrité physique et psychologique ». « L’enlèvement d’un militant de premier plan en plein jour devant les locaux d’un service public appelle une réponse immédiate du gouvernement », poursuit la coalition.
Vendredi soir, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), dont Daouda Diallo est le secrétaire général, avait « condamné fermement » un « énième enlèvement arbitraire » et exigé sa « libération immédiate et sans condition ».

À lire Au Burkina Faso, une « hécatombe » lors de l’attaque de Djibo

Lauréat du prix Martin Ennals en 2022 – aussi appelé prix Nobel des défenseurs des droits humains –, Daouda Diallo faisait partie des voix critiques à l’égard du régime au pouvoir au Burkina Faso qui avaient été récemment « réquisitionnées » pour participer à la lutte antijihadiste, selon Human Rights Watch.

Mobilisation générale
Arrivé au pouvoir par un coup d’État en septembre 2022, le capitaine Ibrahim Traoré a signé en avril un décret de « mobilisation générale » d’une durée d’un an, permettant si besoin la réquisition des « jeunes de 18 ans et plus » pour lutter contre les jihadistes dont les attaques endeuillent régulièrement le pays.

À lire [Enquête] Quand Castel finance les VDP du capitaine Ibrahim Traoré

Dimanche 3 décembre, la Coalition citoyenne pour le Sahel a estimé que ce décret « ne saurait servir de prétexte pour cibler arbitrairement des voix indépendantes et les réduire au silence ».

What Next?

Recent Articles