12112018Headline:

Bangolo: Lors de la mise en place du bureau départemental de la Chambre des rois, des doigts se sont levés pour contester le choix, l’atmosphère dans la salle a commencé à chauffer.

Dimanche 18 novembre 2018, les têtes couronnées du département de Bangolo ont été appelés à une rencontre, au cours de laquelle les membres du bureau départemental de la Chambre des rois et chefs traditionnels ont été présentés.

C’était en présence du président régional du directoire de cette organisation, Guéi Vléhi Vincent, et sous la présidence du sous-préfet central, Koné Kolo. Selon Patrice Goué, chef du canton du Zibiao, il urge que Bangolo se mette en règle vis-à-vis l’institution, car, dira-t-il, les autres départements du Guémon que sont Kouibly, Facobly et Duékoué, ont déjà déposé leurs bureaux près du président régional. Les choses vont se gâter lorsqu’il présentera le chef du canton Zagna, Tahi Bah Jean, en qualité de président du bureau départemental de Bangolo. Des doigts se sont levés pour contester ce choix. L’atmosphère dans la salle a commencé à chauffer, à travers des paroles de protestation vigoureuses et parfois virulentes. Une frange de chefs traditionnels, conduite par le commissaire à la retraite Blaise Tohé, président du collectif des chefs de villages de Bangolo, comprenant 26 chefs (sur les 101 que compte le département), soutient n’avoir pas été consultée avant la formation du bureau départemental. Face à l’ambiance tendue et insupportable, le corps préfectoral décide de se retirer, le temps de permettre aux protagonistes d’aplanir leurs différents. Après quelques échanges de propos parfois guerriers, le calme est revenu dans la salle. La parole a été libérée pour permettre aux opposants de s’exprimer.

« Nous ne savons pas comment ce bureau a été formé, nous ne pouvons accepter sa présentation », a martelé Glé Diaya Emmanuel, chef du Diéouzon et porte- parole du collectif des chefs. Il est suivi par son président. « Je vous invite au calme ; on ne peut pas nous imposer ce que nous ne voulons pas. Ils se sont cachés pour faire un bureau. Vous n’êtes pas les seuls à Bangolo. Vous siégez déjà à la Chambre, vous ne pouvez pas venir nous diriger encore à Bangolo. Nous allons nous concerter pour choisir un président qui va nous représenter », a déclaré Blaise Tohé, président du collectif des chefs du département de Bangolo. Après environ une heure de cafouillage, Guéi Vléhi Vincent, président du directoire régional, a appelé les uns et les autres au calme, tout en déplorant les propos déviants de certaines têtes couronnées. Il a rappelé aux chefs présents de mettre l’intérêt de Bangolo avant toute chose, tout en rappelant qu’il a déjà reçu copie et approuvé le bureau départemental des chefs.

Emmanuel GOUN, correspondant

lebabi.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment