02172020Headline:

Banny se lâche et crache ses quatres verités à Bédié” je ne suis pas un suiveur”

Konan Banny

Avant le congrès extraordinaire/ Banny se lâche : « C’est un honneur d’être un irréductible

Banny ne s’est pas embarrassé de fioritures pour dire son fait à Bédié

C’est la toute première fois qu’il se lâche, depuis qu’il a affiché son intention de défendre les couleurs du Pdci à la prochaine élection présidentielle.

Charles Konan Banny s’est, en effet, exprimé, sans la langue de bois qu’on lui connaît, devant des chefs coutumiers baoulé du département de Sinfra, qu’il a reçus, lundi dernier, en audience privée à Yamoussoukro. Juste après s’être entretenu avec le comité de médiation à sa résidence privée de la Riviera, il s’est retrouvé, chez lui à Morofé, où il a parlé avec le coeur à ses hôtes venus de Sinfra. Il ressort de ces échanges que l’ex-Premier ministre n’a pas du tout été tendre à l’encontre dule président de son parti, Henri Konan Bédié. « Chers compatriotes, l’heure est grave, Ivoiriens et Ivoiriennes, militants et militantes du Pdci-rda. Je sens mon pays en danger », a-t-il commencé par dire, avant de s’étendre sur les raisons de sa candidature : « Le Pdci-Rda est l’héritage que notre Père Houphouët nous a légué. Nous n’avons pas le droit de le brader au premier venu. Et il nous appartient à nous tous de combattre l’imposture. Le Pdci-rda est le fruit du sang de nos parents, de tous ces hommes et femmes intrépides. Nous devons répondre à l’appel pour le défendre. J’ai déclaré ma candidature pour préserver l’héritable de Félix Houphouët-Boigny et pour une Côte d’Ivoire réconciliée ».

Très remonté contre Bédié et son appel à soutenir Alassane Ouattara, il a fustigé ce que le président du Pdci se prépare à faire aujourd’hui, à la faveur du congrès extraordinaire du parti. « Comment peut-on comprendre qu’à lui tout seul (allusion à Bédié, ndlr), il prenne le contre-pied du congrès de ce parti, en soutenant que ce parti-là ne doit pas avoir son propre candidat à la reine des élections en Côte d’Ivoire. Comment M. Bédié peut prendre sur lui d’empêcher une candidature, encore mieux, que le candidat d’un parti concurrent soit le candidat de notre parti. Je cherche à être convaincu. Je n’accepte pas le renoncement ni l’abandon », a-t-il déclaré, furieux. Et d’ajouter, un brin ironique : « Sachez que je ne suis ni un suiveur ni un défaitiste (…) On me dit « ce sont les irréductibles », « à bon entendeur salut ». Quel hommage l’on me rend là ! C’est un bel hommage d’être appelé Irréductible ! ». Par la suite, Banny a justifié son combat par le souci de mettre le pays à l’abri de ceux qui rêvent encore de le diriger. « Je ne veux pas que la Côte d’Ivoire tombe dans des mains inexpertes. Donnez-moi 5 ans pour que je vous prépare à prendre le relais… », a-t-il lancé à l’endroit de ses hôtes.

Avant l’intervention de l’ex-président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation, le chef central des Baoulé de Sinfra, Antoine Loukou Kouakou, a situé le sens de la rencontre. « Nous sommes venus vous demander d’être notre candidat à l’élection présidentielle de 2015. Oui, nous voulons que vous soyez le candidat du Pdci-Rda à cause de votre combat pour la préservation de notre parti tel que notre Père Houphouët l’a créé. Nous comptons sur vous et le peuple de Côte d’Ivoire a le regard tourné vers vous », a-t-il déclaré d’entrée.

Assane NIADA

soir info

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment